Chirurgie esthétique au Maroc : un témoignage touchant

Chirurgie esthétique au Maroc : un témoignage qui réchauffe les cœurs

Bonjour,

Je tenez à vous remercie car tout s’est bien passé au Maroc.
Très bon accueil avec le docteur R.

Concernant ma lipocussion le docteur à bien compris les zones qui fallait traiter et à ce jour les résultats commence déjà à ce voir sachant que je suis qu’à 10 jours de l’intervention. J’ai encore du mal à marcher correctement du fait que je suis encore un peu gonflée et que je ressens encore quelques douleurs. J’ai vu le docteur la veille de mon départ pour vérifier les pansements et la cicatrisation…

En conclusion:
Suivi impeccable avec vous du début jusqu’à la fin. Le docteur très accueillante, souriante, très aimable et sociable.

Je vous recommande et vous remercie.

Mlle Toure.

Ypsée dans le particulier : article sur le tourisme médical

Ypsée dans le magazine le particulier (N° 1102)

Ypsée a participé à la rédaction de l’article dans le magazine le particulier du mois de novembre (N° 1102).

L’article vise à informer et à comprendre ce phénomène de “tourisme médical”.

Un grand nombre des clients de l’agence Ypsée ont témoigné en chirurgie esthétique et en chirurgie dentaire.

Les deux fondateurs d’Ypsée ont su s’entourer d’une équipe médicale défendant une qualité globale du parcours du patient.

Pour lire le résumé de l’article cliquez ici.

Le magazine est disponible en kiosque

 

Ypsée participera aux rencontres Franco-Tunisiennes d’Affaires TIC, Télécom & Multimédia e-3M les 27 et 28 octobre 2011 à Tunis.

Pour cette édition 2011 les rencontres Franco-Tunisiennes d’Affaires TIC e-3m, Télécom & Multimédia se dérouleront à l’IACE : Institut Arabe des Chefs d’entreprises aux Berges du Lac de Tunis. Cet événement incontournable pour les hommes d’affaires des deux pays aura lieu les 27 et 28 octobre. Il sera organisé par Marseille Innovation en Partenariat avec Elghazala Technopark, Medinsoft, Pôle SCS et soutenue par le Conseil Régional PACA.

 

Ypsée saisira cette opportunité sur deux journées pour bénéficier de rendez-vous d’affaires “individualisés” avec des entreprises de différents secteur (6 à 8 Rdv ciblés), mais aussi développer des partenariats d’affaires et technologiques, saisir des opportunités de Networking avec les acteurs et les professionnels des TIC, et intervenir et/ou participer aux ateliers thématiques sur les « TIC et la Compétitivité des PME/PMI ».

Retrouvez les photos et contenus des RDV très prochainement sur ce Blog.

Près d’un tiers de Français renoncent aux soins de santé à cause de la crise financière.

La crise financière pousse près d’un tiers de Français à renoncer aux soins de santé. Les soins dentaires et les lunettes sont de plus en plus coûteux. Comment peut-on les payer sans argent ?

Environ 29% de la population française ne parvient plus à se faire soigner, faute d’argent, selon les résultats d’un sondage CSA pour Europ Assistance.

22% des personnes interrogées par l’Institut de sondages d’opinion et d’études de marché disent qu’il leur est devenu difficile de solliciter les soins dentaires ou de s’offrir une bonne paire de luttes dont le coût est plus que dissuasif pour la classe moyenne.

12% des Français se priveraient des soins courants et 6% n’ont plus d’argent pour l’achat d’un médicaments. Les soins lourds comme les interventions chirurgicales, les examens et les traitements coûteux ne sont plus à la portée de 5% de la population française.

Ces chiffres sont particulièrement inquiétants pour le système de santé français. Comment expliquer que nous soyons passés de 11 à 29% en deux ans ? A titre de comparaison, seuls 5% des Suédois peinent à se faire soigner, contre 25% aux Etats-Unis et 29 en France.

Ces chiffres et l’augmentation régulier des couts de santé expliquent le recours pour une partie de la population mondiale aux soins à l’étranger.

Les disparités entretiennent le mouvement : la différence de niveau de vie permet aux pays moins développés d’ajuster leurs coûts (jusqu’à 85% sur les frais médicaux) ; les inégalités d’équipements sanitaires poussent les patients à la recherche d’infrastructures plus sûres ; la multiplication des textes réglementaires et l’inflation consécutive des primes d’assurance obligatoires, participe au renchérissement des actes chirurgicaux dans certains pays ; enfin les diverses conditions de prise en charge mettent hors de portée certaines interventions considérées comme esthétiques (implants dentaires, lifting du visage…).

Les chirurgiens ne sont pas des agents touristiques encore moins des spécialistes des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). En amont et en aval de leur intervention, des tiers de confiance doivent organiser pour eux la mise en relation avec les patients et la prise en charge globale.

Dans un contexte où l’ouverture des frontières à la libre circulation des services autorise désormais les soins et consultations à l’étranger Ypsée organise le flux de la mobilité des patients français depuis 2007. Elle s’est spécialisée dans le conseil, le service et l’accompagnement des patients. Elaboré avec de spécialistes référents, son “Pass Ypsée” offre un accompagnement global du séjour médical ( avant l’intervention, pendant le séjour et après l’intervention ).

Selon le type d’intervention, les économies escomptées sur la totalité du voyage sont substantielles : entre 20% et 40% par rapport à la même intervention en France pour de la chirurgie esthétique, et jusqu’à 50% de différence pour la chirurgie dentaire et l’implantologie.

À ce jour, Ypsée a accompagné 450 clients français à l’étranger dans une proportion de 60% pour des interventions esthétiques (dont 80% de femmes de 20 à plus de 50 ans), 40% pour des interventions dentaires (à parité homme/femme).

Tunisie, cher pays de mon enfance.

Depuis la révolution du 14 janvier 2010, je n’ai pas réagi sur la situation en Tunisie volontairement et ai préféré me rendre sur place (14 – 18 juin 2011) avant de rédiger cet article. Ayant passé 7 ans de mon enfance à Bizerte ou Benzart (ville située à la pointe nord de la Tunisie) il me tient à cœur de m’exprimer sur ce “doux” pays agité par une révolution qui fait désormais partie de l’histoire de la Tunisie.

Pour ma part je suis contre le terme de révolution du jasmin pour 2 raisons :

– l’expression renvoie à la prise du pouvoir par Ben Ali en 1987

– le parfum des fleurs du jasmin ne convient pas au deuil : deux à trois-cents citoyens tunisiens ont été victimes de la révolution.Le calme est revenu avec une relative stabilité

Dés mon arrivée à l’aéroport, direction l’avenue Habib Bourguiba du nom du père fondateur de l’indépendance tunisienne en 1957. Il fit de la Tunisie un pays moderne et ouvert avec notamment le droit donnée aux femmes tunisiennes d’avorter et ceci avant la France.

Cette avenue est la principale artère de Tunis. Elle file en ligne droite le long des cafés et commerces avant de buter place de l’indépendance où la statue d’ibn Khaldoun, considéré comme précurseur de la sociologie moderne, fait face à la cathédrale Saint Vincent de Paul.

Les pillages, violences, et règlements de compte orchestrés par des voyous et prisonniers (plus de 15 000 libérés par le clan Ben Ali) sont de l’histoire ancienne. Sur l’avenue, le calme est revenu mais l’activité commerciale tourne au ralenti.

Nous sommes décidés à mener la révolution jusqu’au bout

De la Goulettte à l’avenue Bourguiba en passant par la Marsa, j’ai échangé avec les tunisiens et tunisiennes sur les sujets tels que la dictature, la démocratie, la révolution et l’avenir de la Tunisie. Quel parti ? Quelle constitution ? Quel régime politique ? Quel mode de scrutin ? Quelles institutions ? Quelles coalitions ? autant de questions qui hantent l’esprit des citoyens après la chute de Ben Ali.

La liberté et le droit de penser sont plus que jamais présents et inversement proportionnel aux 23 années de dictature.

J’ai ressenti une détermination d’aller de l’avant et de relever tous les défis : Économique, Politique, Sécurité, Tourisme, Jeunesse et Emploi.


Élections du 23 octobre 2011 : prochain RDV avec l’histoire

Après plusieurs semaines d’un vif débat sur la date du scrutin, les premières élections de l’après Ben Ali auront lieu le 23 octobre, et non le 24 juillet, comme cela était initialement prévu. Ce changement de date vise à garantir la transparence et la crédibilité du scrutin. Pour rappel et selon Wikipédia, on peut définir la constitution de la manière suivante: « C’est un texte qui fixe l’organisation et le fonctionnement d’un Etat. La constitution est à la fois l’acte politique à valeur juridique et la loi fondamentale qui unit et régit de manière organisée et hiérarchisée l’ensemble des rapports entre gouvernants et gouvernés au sein de cet État. La constitution garantit les droits et les libertés de la communauté humaine concernée. Elle limite également le pouvoir ».

La date des prochaines élections, présidentielle et autres, sera décidée après le vote du 23 octobre. L’adoption d’une nouvelle constitution devrait permettre à la Tunisie, de se doter d’un État de droit dans le délais le plus court possible. Ainsi, la voie en de la Deuxième République Tunisienne semble toute tracée, en ce sens où tout changement de la Constitution et l’élection d’une Assemblée nationale constituante (ANC) donnent automatiquement lieu à l’avènement d’un nouveau régime, c’est-à-dire une nouvelle République.

Cap des 100 partis bientôt franchi

Les grandes formations, comme l’influent mouvement islamiste Ennahda – crédité actuellement d’au moins 20% de vote – ou encore le Parti démocratique progressiste (PDP), ont finalement accepté le report. Cela pourrai être profitable aux petits partis, qui voient dans ce nouveau délai une occasion de mieux faire campagne auprès des citoyens tunisiens.

Selon le site www.leaders.com.tn, au 24 juin 2011, la Tunisie comptait 94 partis, dont 86 ont vu le jour au lendemain du 14 janvier 2011. Dans quelques jours, ils seront plus nombreux devant être légalisés incessamment alors que 31 demandes sont encore à l’étude. Par contre 118 demandes ont été refusées conformément aux articles 3, 6 et 11 de la loi sur les partis (programmes et dénominations présentant trop de similitudes avec des partis existants, partis prônant la violence, la haine raciale ou d’essence religieuse ou régionaliste, dossiers incomplets etc).

Les expatriés Tunisiens : la Tunisie a besoin de vous maintenant !

Les tunisiens résidant à l’étranger représentent 10% de la population. Leurs transferts représentent 5 % du PIB et 22,7 % de l’épargne nationale, occupant l’un des quatre premiers secteurs pourvoyeurs de devises. Les entrées et les apports en devises des Tunisiens expatriés vont enregistrer cette année une baisse à cause de la perception de situation sécuritaire dans le pays…même si je n’ai pas du tout ressenti le sentiment d’insécurité. Attention au tapage des médias étrangers !

Les voyagistes européens sont pessimistes et ils ont préféré remplacer la destination de la Tunisie par les îles Canaries, le Maroc ou la Turquie. L’année touristique 2011 est ainsi compromise en Tunisie.

Selon des statistiques publiées par l’Office des tunisiens à l’étranger (Ote), les réservations de retour de nos compatriotes expatriés durant les vacances d’été ont baissé de 20%.

Comment reprocher aux touristes étrangers de bouder la Tunisie quand ce sont les Tunisiens résidant à l’étranger qui, cette année, rechignent à rentrer au pays ?

Réservez vos vacances et soutenez la Tunisie !

Il faut absolument que les amis de la Tunisie se mobilisent et participent au changement économique et politique du pays courageusement mené par les Tunisiens depuis le 14 janvier 2011.

Moezz sedkaoui.

Tourisme de santé : mise au point d’une nouvelle stratégie par le ministre de la santé tunisienne.

Le ministère tunisien de la Santé publique, M. Mondher Zenaidi, est en train d’élaborer un plan d’action pour accueillir annuellement quelque 300 mille touristes par an, dans le cadre du tourisme médical.

Dans ce cadre, la Tunisie va promouvoir l’investissement dans le secteur du tourisme médical, en établissant un partenariat avec des organismes étrangers spécialisés dans les services de santé : Ypsée devrait en faire partie.

Dans le but d’atteindre cet objectif, un diner débat s’est tenu le 22 janvier 2010 à Paris au Montecristo sur le thème: ” Tunisie destination de santé”. L’un des deux fondateurs (Sedkaoui Moezz) y participa avec la présence de différents acteurs de la santé en Tunisie : Pr Mohamed Ghannem, Dr JalelDahass et le chirurgien plasticien Foued Hamza.

Les photos de la soirée seront en ligne très prochainement…

100% Mag sur M6 consacre un reportage sur la chirurgie esthétique en Tunisie

L’émission quotidienne 100% Mag sur M6 présentée par Estelle Denis a diffusé le lundi 31 août 2009 un reportage consacré aux Français qui réalise une chirurgie esthétique à l’étranger.

Deux clients partis avec Ypsée, Daniel et Maud MARTIN témoignent de leurs satisfactions respectives.

Maud a ainsi été filmé dès sa phase d’étude en France, cette phase est primordiale car elle permet d’obtenir les avis et les devis des chirurgiens partenaires d’Ypsée et d’être mise en relation avec ces derniers par Visioconférence, le but étant au final de choisir soi même son chirurgien. Sur place en Tunisie, Maud fait part ensuite de son ressentie très positif vis à vis de la clinique en même temps que l’on découvre les images de sa chambre et du bloc opératoire ultra moderne.

Le reportage met également en exergue les pièges à éviter lorsqu’on envisage de se faire opérer à l’étranger. En effet une patiente partie seule et sans préparation raconte comment son augmentation mammaire au Maroc a viré au cauchemar.

Une telle mésaventure ne lui serait pas arrivée si elle avait bénéficié de l’accompagnement, du suivi et des garanties apportées par Ypsée.

Pour visualiser le reportage, cliquez ici.

Nous vous invitons à regarder l’émission 100% Mag qui sera diffusée le lundi 31 août à 18h50 sur M6.

Vous pourrez ainsi suivre le parcours de Maud MARTIN (une de nos clientes) qui a bénéficié de l’accompagnement d’Ypsée pour sa liposuccion en Tunisie.

Après la parution d’articles de presse dans le magazine “Le nouvel observateur” et dans le journal “Le monde“, la notoriété et le savoir-faire d’Ypsée sont désormais relayés à la TV.

Moezz SEDKAOUI et Sébastien VALVERDE.

Fondateurs d’Ypsée.

Liposuccion en Tunisie : une cliente d’Ypsée témoigne

Suite à sa liposuccion complète (ventre, hanches, cuisses) en Tunisie début août, Maud témoigne sur les conditions de son intervention (cliniques…) mais aussi sur la prise en charge globale dont elle a bénéficié grâce à Ypsée.

Elle raconte notamment le déroulement de la phase d’étude où elle a dans un premier temps obtenu les avis et les devis des chirurgiens, dans un deuxième temps été mise en relation avec ceux-ci par Visioconférence pour enfin rentrer en contact avec des personnes qui ont déjà fait confiance à Ypsée.

Maud a été suivi durant toute sa démarche par une équipe de télévision, elle fera l’objet d’un reportage sur M6 dans l’émission 100% Mag présentée par Estelle Denis le lundi 31 août 2009 à 18h50.

Toute l’équipe d’Ypsée remercie encore chaleureusement Maud pour son témoignage et son courage face à la camera.