Tourisme médical : France pays récepteur

Le ministère de la Santé et celui des Affaires étrangères veulent attirer des riches patients étrangers dans les hôpitaux français. Une marchandisation du soin qui inquiète les professionnels.

La france as t-elle dédice d’acceuil les patiensts étrangers comme la Suisse ou la Hongrie ou la Tunisie ?

Enquête : Lire l’article sur le site de Marianne

 

Ypsée dans le particulier : article sur le tourisme médical

Ypsée dans le magazine le particulier (N° 1102)

Ypsée a participé à la rédaction de l’article dans le magazine le particulier du mois de novembre (N° 1102).

L’article vise à informer et à comprendre ce phénomène de “tourisme médical”.

Un grand nombre des clients de l’agence Ypsée ont témoigné en chirurgie esthétique et en chirurgie dentaire.

Les deux fondateurs d’Ypsée ont su s’entourer d’une équipe médicale défendant une qualité globale du parcours du patient.

Pour lire le résumé de l’article cliquez ici.

Le magazine est disponible en kiosque

 

Tourisme médical au Japon : secteur en plein essor

Tourisme médical : le Japon ne veut pas perdre ses riches touristes médicaux chinois

TOKYO – Alors que le torchon brûle entre Pékin et Tokyo pour le contrôle de quelques îles en mer de Chine, beaucoup plus au nord, dans la région d’Hokkaido, on croise les doigts: le tourisme médical est en plein boom et les premiers clients sont… les Chinois.

VOIR LA VIDEO

Les professionnels de ce secteur prometteur espèrent bien passer entre les gouttes et que le nombre de Chinois fortunés va continuer d’augmenter. A terme, selon des analystes il pourraient rapporter quelque 700 millions de dollars par an.

Une somme, pour une industrie touristique nationale qui se relève à peine de la triple catastrophe de l’an dernier: un séisme d’intensité 9, un tsunami géant et le plus grave accident nucléaire de la génération. Je suis venue parce que la médecine japonaise a très bonne réputation en Chine, affirme à l’AFP Zhang Lan, une jeune chinoise de 30 ans flanquée de deux traductrices, au moment où elle est accueillie avec force courbettes par le personnel de l’hôpital d’Asahikawa.

Dans cet établissement super équipé, on fait tout : bilan complet, dépistage du cancer ou de maladies neurologiques, chirurgie plastique et cosmétique, notamment des liposuccions et le remodelage des seins.

Pour Zhang, la priorité c’est la santé, mais en plus elle dit être venue de Shenyang, une ville industrielle dans le nord-est de la Chine, aussi pour respirer de l’air pur dans cette région japonaise réputée pour sa nature.

Cette fois c’est une visite de contrôle après mon dernier check-up, et le médecin m’a dit de faire attention à mon estomac. Coût total du voyage pour elle: 2.400 dollars. Je pense que beaucoup de Chinois seront intéressés par le tourisme médical car ils sont de plus en plus sensibles à l’importance d’avoir une bonne santé et ont davantage de moyens financiers, dit-elle.

La dernière fois que je suis venue, j’ai adoré les sources thermales chaudes, la nourriture, la montagne, la mer. Les grandes villes comme Tokyo et Osaka ne m’intéressent pas, on en a assez en Chine.

Le système de santé public étant limité, la médecine occidentale coûte cher en Chine et les gens mettent souvent beaucoup d’argent de côté pour se faire soigner ou faire soigner leurs vieux parents.

La Suisse de l’Asie

Le tour opérateur qui organisé le voyage de Mlle Zhang, Medical Tourism Japan, a eu l’an dernier 270 clients chinois. Pour le patron de l’entreprise, Katsuya Sakagami, Hokkaido, pour les Chinois c’est un peu la Suisse de l’Asie.

Au départ je vendais de l’équipement médical et je me suis lancé dans le tourisme médical pour les Chinois, raconte-t-il à l’AFP. Tout cela, c’était avant que Pékin et Tokyo ne se fâchent à propos de l’archipel des Senkaku, en mer de Chine orientale, que Pékin revendique avec force sous le nom de Diaoyu.

Le conflit s’est aggravé avec la nationalisation début septembre par Tokyo des îles, jusque-là propriété d’une famille japonaise. Cette décision a déclenché d’importantes et parfois violentes manifestations anti-japonaises pendant une semaine dans des dizaines de villes en Chine.

Cela va certainement avoir un impact sur le tourisme médical, prédit Kayo Uemura, chercheuse à la Banque de développement du Japon. Le conflit pourrait bien durer plus longtemps que ne le pensent les Japonais. On verra au début de l’an prochain combien de Chinois reviennent, dit-elle.

Pour l’instant le tourisme médical ne représente selon elle que 10.000 personnes, mais il pourrait bientôt exploser jusqu’à 400.000 avec l’arrivée de Russes et d’Américains, un marché potentiel de 7 milliards de dollars.

Pour cela, poursuit-elle, il faut bien sûr mettre en place tout une organisation, un système de visas spéciaux, employer des traducteurs, mais aussi entretenir de bons rapports avec les voisins, notamment Chinois. Car en plus de venir se faire soigner, ces riches voisins de l’ouest s’offrent aussi parfois des maisons.

Et Mlle Zhang est certaine qu’Hokkaido sera bientôt inondé de touristes chinois en quête de santé comme elle. C’est juste une question de temps.

VOIR LA VIDEO

Source: © AFP (19/10/2012)

Soins dentaires en Hongrie : j’ai testé le vol ryanair Paris Beauvais – Budapest

Soins dentaires en Hongrie : vol low cost…armez-vous de patience !

J’ai testé pour vous le Paris Beauvais – Budapest : cela vaut-il la peine d’utiliser Ryanair depuis l’aéroport de Paris- Beauvais pour ses soins dentaires en Hongrie?

 

Pour répondre à cette question, j’ai évalué deux paramètres : la durée totale du trajet et le coût incluant le billet d’avion et le transfert de Paris jusqu’à l’aéroport de Beauvais.

Mon vol est prévu à 12H45 de l’aéroport Paris-Beauvais. La navette de porte Maillot à l’aéroport dure 1H15 et coûte 15 €/ trajet. Le bus assure le transfert 3H15 avant le décollage de l’avion ! Autant vous dire que j’ai pris mon mal en patience :).

Arrivé à l’aéroport à 10h, soit 2h45 avant l’embarquement des passagers ; c’est le moment de sortir IPad, Iphone…ou de discuter. Il est assez fréquent de rencontrer des passagers majoritairement Français qui se rendent à Budapest pour bénéficier des soins dentaires en Hongrie.

12h15 enfin assis à l’intérieur de l’avion, il ne reste plus qu’à écouter les consignes de sécurité et attendre le décollage.

14H30 atterrissage réussi à l’aéroport de Budapest après 2H15 de trajet. Le prix du billet payé sur ryanair.com a été de 110 € Aller / Retour.

Au total j’aurai passé 6H heures de trajet et dépensé 140 € pour rejoindre Budapest depuis Paris Beauvais.


CONCLUSION :

NON ce n’est pas un bon plan : si vous êtes pressé, non accompagné et loin de “porte Maillot”.

OUI c’est un bon plan : si vous n’êtes pas pressé, habitez à proximité de “porte maillot”, patient et accompagné (femme, ami, enfants…). Vous pouvez économiser jusqu’à 160 € par personne par rapport à un billet d’avion en vol régulier, non négligeable lorsque vous voyagez en famille.

Pour vous Bon ou Mauvais plan ?

Bon vol !

Chirurgie à l’étranger : encadrement et prise en charge par Ypsée.

A travers cette vidéo vous pourrez suivre les services proposés par Ypsée qui encadre et sécurise le parcours patient ayant recours à la chirurgie à l’étranger. Cette vidéo vous permettra de voir l’organisation d’une entreprise spécialisée en chirurgie à l’étranger.

Née à Marseille, ville port et capitale de la mobilité Euro-méditerranéenne, Ypsée s’est spécialisée dans le conseil, le service et l’accompagnement des patients souhaitant avoir recours à une chirurgie à l’étranger. Élaboré avec de spécialistes référents, son « Pass Ypsée » offre un accompagnement global de la chirurgie à l’étranger (séjour médical) et vise à améliorer la relation patient – chirurgien.

La première étape de constitution du dossier consiste en une étude personnalisée : plusieurs avis et devis sont délivrés en ligne par les chirurgiens. Les détails sont délivrés de visu à l’occasion de vidéoconférence puis le chargé de clientèle met le patient en relation avec des personnes qui les ont précédées dans la démarche. Ypsée considère la transparence comme le principal gage de confiance de son organisation. Les chirurgiens sollicités se connectent par authentification et rentrent donc en relation directement avec les patients.

Une fois le séjour accepté, le calendrier peut se mettre en place. Rien d’automatique. La relation reste au cœur du process avec un impératif de sur-mesure.

À ce jour, Ypsée a accompagné 600 clients français à l’étranger dans une proportion de 60% pour des interventions esthétiques (dont 80% de femmes de 20 à plus de 50 ans), 40% pour des interventions dentaires (à parité homme/femme).

La chirurgie esthétique en Amérique Latine: les Brésiliennes et leur corps de rêve !

Toutes les brésiliennes ont des fessiers de rêves !

Mythe ou Réalité ?

 


Un mythe qui n’est pas vrai qu’à moitié…

Le récit de ma propre expérience :

Il y a 2 ans j’ai fait une petite escapade imprévue au Brésil, plus précisément à Rio de Janeiro. J’ai logé dans le quartier un peu huppé d’Ipanema.

Arrivée à Ipanema, je me suis rendue directement à la célèbre plage « Posto 9 » : lieu de rdv à la mode, où toutes les brésiliennes de tout âge portent des corps de rêves des string.

Le souvenir le plus impressionnant de cet endroit est l’ambiance qui y règne. Plus chic que Copacabana, Ipanema demeure la plage la plus “in” de Rio de Janeiro, mais surtout la plus sexy ! Des belles filles, il y en partout ici, des beaux gosses aussi et ceux tout autour du Posto 9. Les magnifiques brésiliennes mettent en avant leurs corps de rêve à peine recouvert de tissus !! 😉

C’est fou sur le moment je me suis dit, que toutes les femmes brésiliennes ont des corps et surtout des fessiers de rêves. Certes très adeptes de sport, de gymnastique, du culte du corps; elles le sont aussi pour la chirurgie esthétique. Et n’hésite pas à s’en vanter ! Il est fréquent d’offrir en cadeau d’anniversaire une intervention de chirurgie esthétique.

L’opération la plus tendance, aujourd’hui au brésil, est l’augmentation du fessier !

L’opération a pour objectif de donner plus de volume aux muscles fessiers par l’intermédiaire de 2 techniques :

  • La lipostructure ou lipofilling : qui redonne un volume naturel aux fessiers en réinjectant par endroits une greffe de vos propres cellules graisseuses.
  • Implants fessiers ou prothèses de fesses, s’applique dans les cas où la lipostructure n’est adaptée ou insuffisante pour redonner un volume satisfaisant.

La pose d’implants de silicone dans les fesses pour les galber est plutôt déconseillée. Cette technique est nouvelle en France ne convainc pas la majorité des plasticiens. Les risques de complications importantes sont élevés : infection, rupture ou déplacement de l’implant…et les suites sont longues et plutôt douloureuses.

Injection de graisse (Lipofilling) ou implants fessiers le débat reste ouvert. Mesdames si vous êtes vraiment attirées, rapprochez-vous d’un chirurgien compétent en la matière qui maitrise l’une ou l’autre des 2 techniques.

Attention aux charlatans et apprentis pratiquants la chirurgie esthétique !

Une Star…étirée !

Le recours à la chirurgie esthétique n’est pas une décision a prendre à la légère ! La chirurgie réparatrice et esthétique est une spécialité à part entière.

Le marché de la chirurgie esthétique est en pleine expansion. Malheureusement, les arnaques se développent tout aussi rapidement !

Soyez vigilant !

Seuls les chirurgiens spécialisés en “Chirurgie plastique et réparatrice” ont le droit de pratiquer les interventions telles qu’une liposuccion, une rhinoplastie ou une augmentation mammaire.

 

Comment choisir un “bon” chirurgien ?

1) Consulter plusieurs chirurgiens et ne vous fier pas seulement à la notoriété des chirurgiens, les plus “célèbres” ne sont pas forcément les meilleurs.

2) Vérifier la formation et les diplômes sur les sites spécialisés : conseils de l’ordre, syndicat des plasticiens …

3) Vérifier le niveau d’expérience du chirurgien et demander à voir les résultats sur photos avant / après des anciens patients.

4) Écouter votre entourage car le bouche à oreille est l’une des meilleurs sources pour faire son choix.

5) Faites le tri de l’information sur le net (même si cela n’est pas évident) : les forums regorgent de faux patients recruteurs

6) Être en confiance : l’aspect humain, le feeling et le dialogue avec le chirurgien sont primordiales pour faire son choix. Il faut se sentir en totale confiance.

Il faut prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas. Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter les complications, où les traiter efficacement le cas échéant.

Ypsée dans Top Santé magazine : le “tourisme médical” en France est une Réalité !

mobilité medicale

Le “tourisme médical”, n’est plus une Solution d’avenir, mais une Réalité d’aujourd’hui !

mobilité medicale

Le tourisme médical permet d’alléger en toute légalité le coût des prestations. Il offre des avantages financiers à l’accès aux soins pour une large partie de la population française renonçant aux soins faute de moyens.

Depuis les 10 dernières années beaucoup d’agences se développent et servent d’intermédiaire aux patients recherchant à effectuer leurs soins dentaires et esthétiques à l’étranger. De jour en jour cette nouvelle profession s’améliore et doit être cadrer afin d’assurer la sécurité et le droit du patient.

Top santé magazine (Janvier 2012) met à l’honneur cette profession et publie un dossier de 6 pages de conseils pour aller se faire soigner à l’étranger sur le plan dentaire et esthétique. Les agences citées dans ce numéro 256 ont su se démarquer et prouver leurs efficacités.

Ypsée est la seule agence française, basée à Marseille et Paris, dans ce domaine proposant la chirurgie esthétique et dentaire à l’étranger. Les deux Fondateurs d’Ypsée se sont rendus dans les pays récepteurs de mobilité médicale et ont su s’entourer d’une équipe médicale défendant une qualité globale du parcours du patient.

Pour lire le dossier en intégralité, visitez notre site web à la rubrique médias.

 

Ypsée participera aux rencontres Franco-Tunisiennes d’Affaires TIC, Télécom & Multimédia e-3M les 27 et 28 octobre 2011 à Tunis.

Pour cette édition 2011 les rencontres Franco-Tunisiennes d’Affaires TIC e-3m, Télécom & Multimédia se dérouleront à l’IACE : Institut Arabe des Chefs d’entreprises aux Berges du Lac de Tunis. Cet événement incontournable pour les hommes d’affaires des deux pays aura lieu les 27 et 28 octobre. Il sera organisé par Marseille Innovation en Partenariat avec Elghazala Technopark, Medinsoft, Pôle SCS et soutenue par le Conseil Régional PACA.

 

Ypsée saisira cette opportunité sur deux journées pour bénéficier de rendez-vous d’affaires “individualisés” avec des entreprises de différents secteur (6 à 8 Rdv ciblés), mais aussi développer des partenariats d’affaires et technologiques, saisir des opportunités de Networking avec les acteurs et les professionnels des TIC, et intervenir et/ou participer aux ateliers thématiques sur les « TIC et la Compétitivité des PME/PMI ».

Retrouvez les photos et contenus des RDV très prochainement sur ce Blog.

Près d’un tiers de Français renoncent aux soins de santé à cause de la crise financière.

La crise financière pousse près d’un tiers de Français à renoncer aux soins de santé. Les soins dentaires et les lunettes sont de plus en plus coûteux. Comment peut-on les payer sans argent ?

Environ 29% de la population française ne parvient plus à se faire soigner, faute d’argent, selon les résultats d’un sondage CSA pour Europ Assistance.

22% des personnes interrogées par l’Institut de sondages d’opinion et d’études de marché disent qu’il leur est devenu difficile de solliciter les soins dentaires ou de s’offrir une bonne paire de luttes dont le coût est plus que dissuasif pour la classe moyenne.

12% des Français se priveraient des soins courants et 6% n’ont plus d’argent pour l’achat d’un médicaments. Les soins lourds comme les interventions chirurgicales, les examens et les traitements coûteux ne sont plus à la portée de 5% de la population française.

Ces chiffres sont particulièrement inquiétants pour le système de santé français. Comment expliquer que nous soyons passés de 11 à 29% en deux ans ? A titre de comparaison, seuls 5% des Suédois peinent à se faire soigner, contre 25% aux Etats-Unis et 29 en France.

Ces chiffres et l’augmentation régulier des couts de santé expliquent le recours pour une partie de la population mondiale aux soins à l’étranger.

Les disparités entretiennent le mouvement : la différence de niveau de vie permet aux pays moins développés d’ajuster leurs coûts (jusqu’à 85% sur les frais médicaux) ; les inégalités d’équipements sanitaires poussent les patients à la recherche d’infrastructures plus sûres ; la multiplication des textes réglementaires et l’inflation consécutive des primes d’assurance obligatoires, participe au renchérissement des actes chirurgicaux dans certains pays ; enfin les diverses conditions de prise en charge mettent hors de portée certaines interventions considérées comme esthétiques (implants dentaires, lifting du visage…).

Les chirurgiens ne sont pas des agents touristiques encore moins des spécialistes des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). En amont et en aval de leur intervention, des tiers de confiance doivent organiser pour eux la mise en relation avec les patients et la prise en charge globale.

Dans un contexte où l’ouverture des frontières à la libre circulation des services autorise désormais les soins et consultations à l’étranger Ypsée organise le flux de la mobilité des patients français depuis 2007. Elle s’est spécialisée dans le conseil, le service et l’accompagnement des patients. Elaboré avec de spécialistes référents, son “Pass Ypsée” offre un accompagnement global du séjour médical ( avant l’intervention, pendant le séjour et après l’intervention ).

Selon le type d’intervention, les économies escomptées sur la totalité du voyage sont substantielles : entre 20% et 40% par rapport à la même intervention en France pour de la chirurgie esthétique, et jusqu’à 50% de différence pour la chirurgie dentaire et l’implantologie.

À ce jour, Ypsée a accompagné 450 clients français à l’étranger dans une proportion de 60% pour des interventions esthétiques (dont 80% de femmes de 20 à plus de 50 ans), 40% pour des interventions dentaires (à parité homme/femme).