Attention aux charlatans et apprentis pratiquants la chirurgie esthétique !

Une Star…étirée !

Le recours à la chirurgie esthétique n’est pas une décision a prendre à la légère ! La chirurgie réparatrice et esthétique est une spécialité à part entière.

Le marché de la chirurgie esthétique est en pleine expansion. Malheureusement, les arnaques se développent tout aussi rapidement !

Soyez vigilant !

Seuls les chirurgiens spécialisés en “Chirurgie plastique et réparatrice” ont le droit de pratiquer les interventions telles qu’une liposuccion, une rhinoplastie ou une augmentation mammaire.

 

Comment choisir un “bon” chirurgien ?

1) Consulter plusieurs chirurgiens et ne vous fier pas seulement à la notoriété des chirurgiens, les plus “célèbres” ne sont pas forcément les meilleurs.

2) Vérifier la formation et les diplômes sur les sites spécialisés : conseils de l’ordre, syndicat des plasticiens …

3) Vérifier le niveau d’expérience du chirurgien et demander à voir les résultats sur photos avant / après des anciens patients.

4) Écouter votre entourage car le bouche à oreille est l’une des meilleurs sources pour faire son choix.

5) Faites le tri de l’information sur le net (même si cela n’est pas évident) : les forums regorgent de faux patients recruteurs

6) Être en confiance : l’aspect humain, le feeling et le dialogue avec le chirurgien sont primordiales pour faire son choix. Il faut se sentir en totale confiance.

Il faut prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas. Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter les complications, où les traiter efficacement le cas échéant.

Chirurgie esthétique de la poitrine : l’acide hyaluronique interdit par l’Afssaps.

Dans le cadre des augmentations mammaires, l’acide hyaluronique utilisé en chirurgie esthétique est interdit depuis le 26 août par l’Afssaps. Les implants mammaires restent la seule alternative autorisée pour une augmentation mammaire.

L’acide hyaluronique est un des principaux composants de la matrice extracellulaire. Il est naturellement présent dans divers tissus du corps comme la peau et le cartilage. Il est donc adapté aux applications biomédicales visant ces tissus. Il était utilisé pour des usages chirurgicales comme l’ophtalmologie ou la reconstitution des tissus. Depuis quelques années, l’acide hyaluronique, produit lentement résorbable, est de plus en plus utilisé en médecine esthétique : comblement des rides, augmentation du volume des seins par injection.

Photo : www.injections-acide-hyaluronique.com

Par mesure de précaution, l’Afssaps a décidé le 26 août dernier, « d’exclure l’indication d’augmentation mammaire à visée esthétique pour les produits injectables de comblement ». Seules les prothèses pourront être utilisées dans le cadre de la chirurgie esthétique.

 

Augmentations mammaires : pourquoi interdire l’acide hyaluronique ?

Selon l’Afssaps, « les résultats préliminaires d’une étude clinique réalisée en 2008 ont mis en évidence des risques de perturbation des clichés d’imagerie et des difficultés de palpation des seins lors d’examens cliniques. Or ces examens sont nécessaires au dépistage et au diagnostic du cancer du sein ».

D’autre part, ces risques tendent à augmenter au fil des ré-injections ( car produit résorbable ) tous les dix-huit mois à deux ans nécessaires pour maintenir l’effet recherché.

L’acide hyaluronique perturbe significativement le diagnostic de pathologies mammaires chose qui peut retarder l’instauration précoce de traitements adaptés. L’interdiction de ce produit ne concerne que son injection dans les seins et non pas dans le visage, les fesses ainsi que son utilisation pour le comblement des rides. (Selon le communiqué de l’Afssaps)

Selon une étude autorisée par l’agence en 2008, quelque 2.500 femmes ont eu recours à des injections de ces produits dans les seins.

Si vous êtes concernée : L’Afssaps vous conseille de « continuer à assister aux consultations de surveillance prévues. Toutefois, il est important, en cas de réalisation d’une mammographie, d’une échographie, d’une IRM de cette zone, de signaler au radiologue ( que vous avez subi une augmentation mammaire par injection ) en précisant la date d’injection ».

Sources : Point d’information de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps)