Remplacer ses dents manquantes : Implants dentaires et risques.

L’implant dentaire

Un implant dentaire est une vis, en général en titane, qu’une intervention chirurgicale permet d’insérer dans l’os des maxillaires où elle remplace la racine de la dent manquante. Une prothèse dentaire est ensuite fixée sur ce pilier artificiel. La technique des implants permet de remplacer une dent isolée, de combler un vide plus ou moins important entre deux dents, ou de fixer une prothèse amovible dans une mâchoire presque édentée.

On distingue 2 types d’implants dentaires, ceux fixés sur la mâchoire ( juxta-osseux ) et ceux dans la mâchoire ( endo-osseux ) sont de loin les plus utilisés. Les formes généralement cylindriques peuvent aussi avoir une forme de cône, disque, lame… Leurs diamètres varient généralement entre 3 et 5mm et leur longueur entre 10 et 15mm. Cette variété correpond à la diversité des mâchoires et à celle des cas clinique rencontrés.

Avec un taux de réussite de plus de 95% sur 10 ans, l’implantologie est une thérapie bien reconnue dans la médecine dentaire moderne. Malgré ses nombreux avantages, ce traitement présente également certains risques que le médecin dentiste doit analyser et pondérer individuellement pour chaque patiente ou patient. Comme facteurs de risques il y a donc la parodontite, la consommation excessive de nicotine ou certaines maladies qui influencent la cicatrisation de manière négative. Suivant le degré de gravité des risques, un traitement implantaire doit être déconseillé.

Un implant dentaire n’est pas indiqué ou n’est pas la meilleure solution pour chaque patiente ou patient. Une appréciation professionnelle de chaque cas par le médecin dentiste joue un rôle déterminant lors d’un traitement par implants. Dans le cadre d’une analyse détaillée avant le début du traitement, le médecin dentiste examine et évalue la situation buccale (la muqueuse, les dents et l’os des maxillaires) aussi bien que l’état général de la patiente ou du patient, afin d’en évaluer les risques et de limiter les complications éventuelles.

Maladies

Parmi les facteurs de risques lors d’un traitement par implants, il y a les maladies qui influencent négativement l’ostéogénèse ou la cicatrisation (ex: mauvais état de santé, diabète sucré mal stabilisé), des maladies qui peuvent être influencées de manière négative par une intervention implantaire (p.ex. endocardite, remplacement de valves cardiaques, greffes d’organes, prothèses articulaires, rhumatisme) et des lésions de l’os à la suite de radio- et/ou chimiothérapies ainsi que certaines maladies psychiques (p.ex. dépressions).

Les problèmes médico-dentaires de la mâchoire qui ne sont pas traités avant ou parallèlement au traitement par implants (ex: la parodontite, des dents malades non traitées ou nécrosées, des restes de racines, des changements pathologiques de la muqueuse, des inflammations locales et chroniques de l’os) ou encore certains médicaments ingérés par le patient, peuvent également influencer de manière négative les traitements par implants.

Intervention chirurgicale

Toute intervention chirurgicale présente certains risques qui sont, lors d’une implantation, semblables à ceux d’une extraction chirurgicale d’une dent. Le plus souvent, on rencontre des saignements, des tuméfactions ou des hématomes. Pour contenir ces risques, il faut assainir l’état de la bouche de la patiente ou du patient avant la pose de l’implant, c’est à dire la bouche doit être dans un état totalement sain. A l’aide d’une planification professionnelle de l’intervention chirurgicale et moyennant des conditions opératoires irréprochables et des plus stériles, le médecin dentiste assure une minimisation des complications postopératoires.

Phase de cicatrisation

Dans de rares cas, des implants peuvent être perdus en raison d’une infection ou d’une trop grande mobilité pendant la phase de cicatrisation. Une hygiène buccale optimale et des rinçages de la bouche aident à minimiser le risque d’infection. En outre, une implantation appropriée par un spécialiste assure l’intégration ferme de l’implant dans l’os sans relâchement anticipé.

Hygiène buccale insuffisante et tabagisme

La condition de base pour le succès à long terme est une hygiène buccale impeccable exécutée par le patient. Les patientes et les patients qui veulent soigner leurs dents de manière efficace avec des instruments tels que la brosse à dents manuelle, la brosse à dents électrique, le fil dentaire et les brosses interdentaires, doivent d’abord se soumettre à une instruction professionnelle par le médecin dentiste, respectivement par l’hygiéniste dentaire.

Le tabagisme retarde non seulement la cicatrisation, mais raccourcit également la durée de vie d’un implant dentaire. En général, on ne peut définir scientifiquement et de manière valable combien de cigarettes par jour causent des complications à long terme étant donné que le chiffre varie entre les individus. Par le tabagisme, le porteur d’implants réduit obligatoirement ses défenses immunitaires générales et locales. Le grincement des dents pendant la nuit se classe également parmi les risques. Dans ces cas, une gouttière de protection portée la nuit peut éviter d’exercer des charges excessives sur les implants dentaires.

Visualiser la vidéo illustrant les étapes de la pose d’un Implant dentaire.

Source: – Société Suisse d’implantologie orale / Video : Dentalespace