Porteurs de prothèses dentaires : dites halte au tabac !

Les prothèses dentaires peuvent également pâtir de la consommation de tabac. Les fumeurs bénéficiaires de tels dispositifs médicaux et/ou esthétiques doivent garder en tête qu’ils doivent se soumettre à une routine de soin particulière. Le but est de préserver leur santé buccale, mais également la propreté et la qualité de leur prothèse.

Vous portez des prothèses dentaires ? Vous souhaitez faire poser des prothèses dentaires sur implants, mais vous êtes fumeur ? Votre chirurgien-dentiste ou denturologiste peuvent aider à arrêter le tabac.

Pourquoi faut-il arrêter le tabac lorsqu’on porte des prothèses dentaires ?

La consommation de tabac n’est pas sans conséquence sur vos prothèses dentaires, sans parler de l’état général de votre bouche, ainsi que de votre santé. Par exemple, en fumant des cigarettes, les prothèses dentaires en acrylique ou même en céramique 2 phénomènes sont inévitables :
• Accumulent des taches affichant au fur et à mesure une couleur brunâtre, notamment autour des dents. De manière générale, l’ensemble de la dentition prothétique jaunit.
• L’acrylique, qui compose les dents de la prothèse, retient les odeurs : en fumant, l’odeur de tabac sera bien plus prononcée.

Ainsi, les porteurs de prothèses dentaires doivent observer une hygiène buccale rigoureuse et plus soutenue. Il est essentiel d’entretenir régulièrement son appareil, avec des soins complémentaires, à faire chez soi.

Comment protéger sa prothèse dentaire des méfaits du tabac ?

Si l’arrêt total du tabac représente un vrai processus, en attendant, si vous portez une prothèse dentaire, voici quelques gestes à adopter :
Rendez-vous chez votre dentiste au moins une fois par an. Ce dernier procédera à un nettoyage en règle des prothèses dentaires en acrylique, diminuant ainsi l’odeur de la fumée de cigarette.
Il existe également des produits destinés à enlever les taches, sans pour autant endommager les prothèses dentaires. Plus efficaces que les produits en vente libre, ils sont appliqués par le dentiste ou le denturologiste. Néanmoins, certaines taches et les jaunissements provoqués par la cigarette ne seront pas totalement éliminés.
Si vous pensez au blanchiment, attention, cette technique ne peut être appliquée aux prothèses dentaires.

Entretiens des prothèses dentaires lorsqu’on fume

 

Les prothèses fixes

Étant soudées à la mâchoire, les prothèses fixes doivent bénéficier du même entretien que les dents naturelles. Pour une hygiène bucco-dentaire parfaite, on brosse les dents à la verticale, à raison de 2 brossages minimum par jour. N’oubliez pas de changer de brosse à dents tous les 3 mois, d’utiliser du fil dentaire après chaque brossage et de vous rendre au moins une fois par an chez le dentiste pour un détartrage.

 

Les prothèses amovibles

Pour laisser la gencive respirer et garder sa forme naturelle, enlevez votre prothèse durant la nuit, ou au minimum 6 heures par jour.
Quant au nettoyage, il doit se faire après chaque repas, d’autant plus si vous avez l’habitude de fumer. Utilisez une brosse à dents souple et de l’eau froide. Cette dernière évitera ainsi au matériau de se dilater.
En fin de journée, placez la prothèse dans un bain nettoyant antiseptique. Les comprimés effervescents prévus à cet effet désinfecteront l’appareil tout en supprimant les mauvaises odeurs.
En l’absence de comprimés effervescents, presse 2 citrons, et immergez la prothèse dans le jus obtenu pendant au moins 10 heures.
Protégez votre prothèse lorsque vous n’en avez pas l’usage, l’air libre étant néfaste pour les matériaux utilisés. Il vaut mieux plonger son dentier dans un verre d’eau.

 

Conclusion

Si vous êtes fumeur et que vous portez une prothèse dentaire, des facettes, des implants, n’oubliez pas que ces éléments ne sont pas protégés contre les nombreux méfaits du tabac. Mauvaise haleine, décoloration, taches brunâtres… ces déconvenues peuvent être évitées par des gestes d’hygiène et par la diminution, voire l’arrêt total de la cigarette.

Zoom sur la plaque dentaire, cette invitée indésirable

On entend parler de plaque dentaire. À la télévision, dans les émissions de santé, à l’école… cette fameuse plaque s’invite un peu partout sans pour autant que nous sachions véritablement de quoi il s’agit. Cet article vous en dit plus…

Portrait-robot de la plaque dentaire

La plaque dentaire ne se forme pas seule, elle est aidée par les résidus alimentaires et des protéines présentes naturellement dans la salive comme l’amylase, les acides, les sucres et les bactéries. Ces dernières sécrètent des toxines tout en se nourrissant de sucre et de salive. C’est ainsi qu’elles arrivent à se proliférer sur la pellicule exogène acquise (PEA), une première plaque.

Au fil du temps, grâce à un mécanisme d’adhérence propre à ces organismes, d’autres bactéries viennent se fixer sur celles déjà présentes sur la PEA. Au fur et à mesure, si le brossage n’est pas suffisamment efficace, la plaque dentaire s’épaissit, se minéralise, pour devenir du tartre.

Le tartre génère des acides, qui attaquent les dents, mais également les gencives. Par la suite, les tissus parodontaux sont suffisamment dégagés pour être attaqués à leur tour, suivis par les ligaments, le cément, l’os alvéolaire. Sans traitement dentaire par un professionnel, les caries, la mauvaise haleine et les maladies des gencives apparaissent : la gingivite.

Reconnaître la gingivite

La gingivite est une inflammation de plus en plus douloureuse des gencives, provoquée par la présence de bactéries. La gencive victime d’une gingivite se présente de la manière suivante :

Elle est gonflée,
Apparition de rougeurs,
Apparition de saignements lors du brossage ou lors de la mastication

Reconnaître une carie dentaire

Infection qui résulte de la plaque dentaire, la carie peut endommager les gencives. Pour la reconnaître, voici une liste de symptômes à surveiller :

L’émail de la dent infectée perd son éclat,
La dent affectée devient mate et commence à changer de couleur,
Douleur à la mastication de certains aliments, surtout sucrés et acides,
Sensibilité au froid et à la chaleur (boissons et aliments),
Certaines parties de la dent peuvent se casser
Formation de trous dans la dent
Battements au niveau de la dent

Petit à petit, la plaque dentaire grandit

Le tartre s’installe s’il n’est pas nettoyé, d’autant plus que les bactéries qui le composent deviennent elles aussi plus résistantes et moins sensibles aux traitements tout comme au brossage. On parle alors de minéralisation de la plaque dentaire. Non traité par un dentiste, le tartre déjà bien installé n’est pas sans conséquence :

Halitose – mauvaise haleine
Perte des dents
Douleurs et abcès

Se débarrasser de la plaque dentaire

À portée de main, le brossage des dents est résolument la solution la plus accessible pour combattre la plaque dentaire. Un brossage régulier permet d’éliminer la pellicule qui se dépose régulièrement sur et entre les dents, au fur et à mesure de la journée. Pour être efficace, le brossage doit se faire sur la face extérieure et intérieure des dents.

Manuel ou électrique, le brossage des dents doit être minutieux et intégral. Une fois cette étape passée, utilisez du fil dentaire, qui permet d’éliminer les aliments coincés entre les dents. La langue ne doit pas être oubliée après le brossage des dents. Véritable nid de bactéries, cette partie de la bouche mérite autant d’attention que les dents.

Il est conseillé d’utiliser du bicarbonate de soude, particulièrement efficace lorsque le tartre n’a pas encore minéralisé les dents. Simple d’utilisation, il suffit d’en saupoudrer les poils de la brosse à dents et de brosser comme vous le feriez avec du dentifrice.
Rendez-vous deux fois par an chez le dentiste

Faites contrôler et nettoyer vos dents au moins deux fois par an, afin de protéger votre dentition et votre santé en général. Le détartrage est le meilleur moyen pour éliminer tout risque de minéralisation et les conséquences qui peuvent en découler.

Une bouche saine est la garantie d’une bonne santé et cela passe aussi par les dents !

Haleine fraiche – 5 gestes simples au quotidien

5 gestes simples au quotidien pour une haleine toujours fraiche

 

Toute personne doit veiller à ce que ses dents aient l’air propres et saines. Pour cela, elles doivent déjà avoir des dents exemptes de plaques (et de tartre) et éviter la mauvaise haleine. Pour certaines personnes, ce dernier point est problématique et parfois socialement handicapant.
Il existe quelques solutions faciles à mettre en œuvre pour prévenir et/ou éviter la mauvaise haleine, combinant une bonne habitude de brossage de dent et quelques remèdes naturels à l’efficacité avérée.
Voici donc quelques gestes simples à faire pour garder une haleine toujours fraîche.

1- Faire un nettoyage minutieux brossage + fil dentaire

Un geste élémentaire qui pourtant mérite un petit rappel car une mauvaise haleine est directement liée à une mauvaise hygiène buccale. Deux gestes particulièrement : le brossage avec utilisation du fil dentaire en complément de nettoyage. En règle général, deux brossages avec utilisation de fil de soie sont nécessaires pour enlever la plaque dentaire et les particules de nourriture coincées entre les dents.
A cela s’ajoutent les autres règles élémentaires : brossage après chaque repas avec du dentifrice au fluor et une brosse à poils souples avec laquelle vous aurez aussi pris la peine de brosser votre langue, également un nid à bactéries.

2- Faire un bain de bouche

Compléter le brossage à l’aide d’un bain de bouche peut être d’un grand secours dans la quête d’une haleine fraîche. Là également, le principe reste le même, le bain de bouche s’utilise deux fois par jour : le matin et le soir avant de dormir afin d’éliminer toutes les germes responsables de la mauvaise haleine.
L’avantage du bain de bouche, s’il est bien utilisé, est qu’il nettoie non seulement la zone directe des dents et de la langue et jusqu’au fond de la gorge. Il est recommandé de ne surtout pas diluer le bain de bouche pour en garder toute l’efficacité !

3- Revoir son régime alimentaire

Une mauvaise hygiène alimentaire peut aussi être à l’origine d’une mauvaise haleine. C’est pourquoi, il est important de revoir son régime alimentaire, de le rééquilibrer et de supprimer certains aliments qui sont mauvais pour les dents.
Ainsi, pour garder une bonne santé buccale, il faut boire beaucoup d’eau et consommer plus de légumes et de fruits. De même il est nécessaire de minimiser, à défaut d’éliminer, le sucre, le tabac et l’alcool qui sont des déclencheurs connus de la mauvaise haleine et du jaunissement des dents.

4- Tester des solutions naturelles

Des remèdes naturels à la portée de tous existent également pour garder une haleine fraîche sans dépenser une fortune.
Ainsi, certaines plantes aromatiques et épices peuvent faire le plus grand bien à vos dents et rafraichissent votre haleine. C’est le cas de l’anis, du fenouil ou encore du girofle. Pour cela, il vous suffit juste d’en avoir quelques graines à portée de main que vous pouvez manger tout naturellement après le repas.
Il y a également le persil, l’une des plantes les plus efficaces pour avoir une haleine fraîche du fait de sa richesse en chlorophylle.

5- Faire un check-up chez le dentiste régulièrement

Un rendez-vous chez le dentiste tous les six mois est nécessaire, non seulement pour prévenir les problèmes de santé dentaire mais aussi pour effectuer un nettoyage régulier des dents. Même en suivant à la lettre tous les autres conseils, rien ne vaut l’intervention d’un professionnel pour éliminer tout ce qui vous reste de plaque dentaire et bactéries responsables de la mauvaise haleine.
Le dentiste pourra par la même occasion déceler les éventuels problèmes sur vos dents et s’assurer de votre bonne santé buccale.

Que ce soit pour rafraichir votre haleine ou pour prévenir les problèmes bucco-dentaires, ces quelques conseils vous permettront d’avoir des dents saines et de dire adieu à tout inconfort dans la zone buccale. Il suffit d’être pointilleux sur les soins au quotidien et de ne surtout pas oublier les visites de contrôle chez le dentiste deux fois par an.

Refaire ses dents en Hongrie : un témoignage poignant.

Après de longues tractations commencées l’été dernier, je m’étais retrouvée enfin à Budapest où j’ai été opérée. Mais je vous avais envoyé un message pour vous faire part de ma gratitude.
En fait, je crois que vous ne vous rendez pas compte de ce que cela représente de se retrouver en Hongrie.
Beaucoup de gens en France et en Europe sont au bord du désespoir car leurs dents sont dans un triste état et ils ne voient pas le bout du tunnel car en France, à part le doliprane, tout sera bientôt trop onéreux. J’ai galéré pendant quatre ans. J’étais désespérée. Et puis il y a vous et mon avenir s’est éclairé.
Beaucoup de gens sont dans mon cas. Mais c’est une telle peur de partir à l’étranger à l’aveugle avec toutes les horreurs qui se déroulent dans le monde !
L’équipe du docteur D.I est extraordinaire. Vraiment !
Je me suis faite deux amies à Budapest car nous sommes tous là dans la même galère. La formule de l’hôtel est fantastique. La plupart des gens présents étaient là pour soigner leurs dents.
Une dame m’a même confié avoir perdu son compagnon à cause de ses problèmes de dents.
Donc tout cela pour vous dire que vous gagnez votre vie en mettant en relation des patients avec des dentistes mais c’est beaucoup plus que cela. Au-delà de la question financière, vous redonnez le goût de vivre aux gens.
Si vous avez un jour besoin que je rassure quelqu’un, n’hésitez pas à faire appel à moi. Mon cas était un cas lourd.
Il faudrait juste trouver un moyen de donner une confiance aux gens. Qu’ils aient la certitude que les dentistes hongrois gagnent de l’argent mais que leur préoccupation première est de rendre le sourire aux patients. Et donc la vie !
Merci encore une fois.
J’ai eu confiance en vous. Le pas était difficile à sauter. Mais j’en suis ravie chaque jour.
Un merveilleux été à vous”

Anne

Soins dentaires en Hongrie : j’ai testé le vol ryanair Paris Beauvais – Budapest

Soins dentaires en Hongrie : vol low cost…armez-vous de patience !

J’ai testé pour vous le Paris Beauvais – Budapest : cela vaut-il la peine d’utiliser Ryanair depuis l’aéroport de Paris- Beauvais pour ses soins dentaires en Hongrie?

 

Pour répondre à cette question, j’ai évalué deux paramètres : la durée totale du trajet et le coût incluant le billet d’avion et le transfert de Paris jusqu’à l’aéroport de Beauvais.

Mon vol est prévu à 12H45 de l’aéroport Paris-Beauvais. La navette de porte Maillot à l’aéroport dure 1H15 et coûte 15 €/ trajet. Le bus assure le transfert 3H15 avant le décollage de l’avion ! Autant vous dire que j’ai pris mon mal en patience :).

Arrivé à l’aéroport à 10h, soit 2h45 avant l’embarquement des passagers ; c’est le moment de sortir IPad, Iphone…ou de discuter. Il est assez fréquent de rencontrer des passagers majoritairement Français qui se rendent à Budapest pour bénéficier des soins dentaires en Hongrie.

12h15 enfin assis à l’intérieur de l’avion, il ne reste plus qu’à écouter les consignes de sécurité et attendre le décollage.

14H30 atterrissage réussi à l’aéroport de Budapest après 2H15 de trajet. Le prix du billet payé sur ryanair.com a été de 110 € Aller / Retour.

Au total j’aurai passé 6H heures de trajet et dépensé 140 € pour rejoindre Budapest depuis Paris Beauvais.


CONCLUSION :

NON ce n’est pas un bon plan : si vous êtes pressé, non accompagné et loin de “porte Maillot”.

OUI c’est un bon plan : si vous n’êtes pas pressé, habitez à proximité de “porte maillot”, patient et accompagné (femme, ami, enfants…). Vous pouvez économiser jusqu’à 160 € par personne par rapport à un billet d’avion en vol régulier, non négligeable lorsque vous voyagez en famille.

Pour vous Bon ou Mauvais plan ?

Bon vol !

Tourisme médical : le terme n’est plus tabou et Marseille se positionne

Tourisme médical : Marseille associe tourisme et santé

L’article paru dans la Provence ( édition 13/07/2012 ) sur le tourisme médical met en avant le projet de la chambre de Commerce et l’AP-HM de créer un pôle santé méditerranéen qui a pour but d’attirer les touristes de santé étrangers dans la région de Marseille. Nous notons que l’expression “tourisme médical” n’est plus bannie des institutionnels. En fonction des interventions on parle de tourisme dentaire, tourisme esthétique et plus globalement de tourisme médical.

À l’heure où se développe ce phénomène de tourisme médical dans le monde, les autorités sanitaires françaises souhaitent à présent rattraper leur retard par rapport à des pays comme l’Allemagne, la Turquie ou encore la Hongrie. Les pays les plus compétitifs dans ce secteur sont l’Inde, la Thaïlande, Singapour, Le Liban, la Jordanie ou encore les Philippines.

Le tourisme médical dans la monde.

Marseille est une ville sur le plan qualitatif, où sont présents une élite de médecins et des infrastructures de pointes. Ce sont les disciplines telles que la chirurgie de la main, la chirurgie bariatrique, l’orthopédie, la chirurgie endocrine qui seraient le fer de lance.

Adapter une stratégie marketing efficace pour le tourisme médical

En réalité et sans action marketing ou stratégie adaptée, Marseille accueille déjà depuis plus de 30 ans des patients venant de l’étranger, des italiens notamment.

Ce qui est nouveau et comme l’a si bien dit Jacques Pfister c’est qu’ « Il ne faut pas avoir peur de parler de marketing ». Alors pourquoi la région de Marseille avec de tels atouts a accumulé un tel retard ?

Cela vient certainement du fait que les praticiens de santé répudient fortement l’association des termes marketing et santé, en effet de part leur serment d’Hippocrate la santé ne doit pas se concevoir comme un commerce. L’autre raison est que les usagers de santé voient d’un mauvais œil l’arrivée en masse d’étrangers avec un porte monnaie bien rempli qui se verraient dérouler le tapis rouge.

Et dans un même temps que l’opinion publique (les usagers de santé de la région) verrait d’un mauvais oeil que les étrangers avec un porte monnaie bien rempli se voit dérouler le tapis rouge.

Tout le challenge de cette nouvelle stratégie sera donc d’expliquer aux praticiens et aux patients de la région que cet accueil de patients étrangers est au contraire une formidable opportunité de développement et source de nouveaux emplois pour la citée phocéenne.

Une chose est sûre : Ypsée participera au débat et vous tiendra informé via son Blog patientsansfrontieres.

Le Doc vous parle! Implant dentaire pour remplacer ses dents manquantes : quésako ?

Retrouvez notre nouvelle série mensuelle le Doc vous parle! Dans ce premier épisode de la série soins dentaires l’un des chirurgiens partenaires d’Ypsée nous explique comment remplacer une dent manquante par un implant dentaire sur différentes étapes : période de cicatrisation, nombre de séjours, risques et complications, suivi et garanties. Suivez le Doc vous parle! et rendez-vous le mois prochain pour un nouvel épisode.

Merci Doc ! Enjoy 🙂

 

Sébastien adoré par ses clients, quelle belle récompense !

De retour chez elle, Sophie nous livre son témoignage poignant après avoir retrouver le sourire.

 

 

 

 

 

Cher Sébastien

De retour à Montauban.

Passé les premiers affolements après l’installation du bridge et des couronnes à cause du petit problème de phonation (avant de vous appeler, j’ai cru que j’allais parler comme ça toute ma vie ouhlala…) me voici ravie de ma nouvelle dentition, tout le monde dit que c’est magnifique..

Quand à moi je pense que c’est miraculeux, et que je reviens de loin 😉 car je n’aurais pas cru cela possible et j’ai douté jusqu’au dernier moment, n’osant pas trop me réjouir à l’avance, de peur d’être déçue. Je ne le suis pas du tout, en fait !!

Merci en tout cas, Sébastien, pour m’avoir soutenue pendant toutes les étapes de cette aventure, sans compter votre temps, et avec tellement de gentillesse et de disponibilité… Je n’oublierai pas tout ce que vous avez fait pour moi, chaque fois que je vous appelais, et que vous me rassuriez, me disant que mon cas n’était pas désespéré, que vous en aviez vus d’autres et de plus graves, qui avaient été résolus par les chirurgiens dentistes. Vous ne me cachiez rien non plus des “galères” à subir… De sorte qu’aucune zone d’ombre ne subsistait après ces appels-là, et l’impression d’avoir au téléphone quelqu’un de profondément honnête et très généreux.

Après qu’on m’ait dit en France que mon cas était désespéré car je n’avais plus d’os, et que j’étais condamnée à porter un dentier à vie en 2004, je peux vous garantir que vous m’avez apporté la plus grande joie de l’année 2011 !!

Bien entendu, vous pouvez m’envoyer les patients (ou futurs patients) que vous le souhaitez, pour témoigner de tout ce magnifique travail qui est accompli là-bas, en Hongrie, par toute l’équipe. Je ne manquerai pas non plus de dire tout le bien que je pense de vous

Très amicalement à vous.

Sophie.

P.S. : Vous pouvez également publier mon petit témoignage de sympathie si vous le souhaitez.

Près d’un tiers de Français renoncent aux soins de santé à cause de la crise financière.

La crise financière pousse près d’un tiers de Français à renoncer aux soins de santé. Les soins dentaires et les lunettes sont de plus en plus coûteux. Comment peut-on les payer sans argent ?

Environ 29% de la population française ne parvient plus à se faire soigner, faute d’argent, selon les résultats d’un sondage CSA pour Europ Assistance.

22% des personnes interrogées par l’Institut de sondages d’opinion et d’études de marché disent qu’il leur est devenu difficile de solliciter les soins dentaires ou de s’offrir une bonne paire de luttes dont le coût est plus que dissuasif pour la classe moyenne.

12% des Français se priveraient des soins courants et 6% n’ont plus d’argent pour l’achat d’un médicaments. Les soins lourds comme les interventions chirurgicales, les examens et les traitements coûteux ne sont plus à la portée de 5% de la population française.

Ces chiffres sont particulièrement inquiétants pour le système de santé français. Comment expliquer que nous soyons passés de 11 à 29% en deux ans ? A titre de comparaison, seuls 5% des Suédois peinent à se faire soigner, contre 25% aux Etats-Unis et 29 en France.

Ces chiffres et l’augmentation régulier des couts de santé expliquent le recours pour une partie de la population mondiale aux soins à l’étranger.

Les disparités entretiennent le mouvement : la différence de niveau de vie permet aux pays moins développés d’ajuster leurs coûts (jusqu’à 85% sur les frais médicaux) ; les inégalités d’équipements sanitaires poussent les patients à la recherche d’infrastructures plus sûres ; la multiplication des textes réglementaires et l’inflation consécutive des primes d’assurance obligatoires, participe au renchérissement des actes chirurgicaux dans certains pays ; enfin les diverses conditions de prise en charge mettent hors de portée certaines interventions considérées comme esthétiques (implants dentaires, lifting du visage…).

Les chirurgiens ne sont pas des agents touristiques encore moins des spécialistes des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC). En amont et en aval de leur intervention, des tiers de confiance doivent organiser pour eux la mise en relation avec les patients et la prise en charge globale.

Dans un contexte où l’ouverture des frontières à la libre circulation des services autorise désormais les soins et consultations à l’étranger Ypsée organise le flux de la mobilité des patients français depuis 2007. Elle s’est spécialisée dans le conseil, le service et l’accompagnement des patients. Elaboré avec de spécialistes référents, son “Pass Ypsée” offre un accompagnement global du séjour médical ( avant l’intervention, pendant le séjour et après l’intervention ).

Selon le type d’intervention, les économies escomptées sur la totalité du voyage sont substantielles : entre 20% et 40% par rapport à la même intervention en France pour de la chirurgie esthétique, et jusqu’à 50% de différence pour la chirurgie dentaire et l’implantologie.

À ce jour, Ypsée a accompagné 450 clients français à l’étranger dans une proportion de 60% pour des interventions esthétiques (dont 80% de femmes de 20 à plus de 50 ans), 40% pour des interventions dentaires (à parité homme/femme).