Liposculpture, pour se débarrasser des graisses en douceur

Liposculpture

La liposculpture est souvent confondue avec la liposuccion. Cette procédure est toutefois plus précise et efficace, alors que faut-il retenir ? Dites adieu aux graisses récalcitrantes grâce à une intervention de chirurgie esthétique tout en douceur.

Pourquoi le corps cumule-t-il des graisses récalcitrantes ?

On se dit que parfois la nature est injuste. Certaines personnes peuvent manger ce qu’elles veulent, sans pour autant prendre du poids… leur corps semble parfait. D’autres n’ont pas la même chance, à peine quelques écarts alimentaires et les capitons font leur apparition. Ce phénomène est loin d’être anodin et il s’explique notamment par l’influence des hormones. Hommes et femmes sont concernés, même si le beau sexe l’est un peu plus.
Ainsi, chez les femmes, les graisses s’accumulent volontiers au niveau des hanches, des cuisses et du ventre. Les autres parties du corps, tels que les bras, le dos et le menton peuvent également présenter un trop-plein de graisses dont il est difficile de se défaire par le sport par exemple.

La liposculpture pour remodeler son corps

Développée par le Dr Illouz, médecin français, il y a une vingtaine d’années, la liposculpture consiste à enlever l’excès de graisse sous-cutanée (lipo) dans un but esthétique (sculpture). Véritable acte médico-chirurgicale, elle se déroule sous anesthésie locale ou sous anesthésie générale.
La liposculpture est une méthode utilisée pour aspirer les cellules graisseuses en excès dans des zones localisées :
• Cou
• Seins
• Partie supérieure du bras
• Estomac
• Bas-ventre
• Hanches
• Culotte de cheval
• Intérieur cuisses
• Partie frontale cuisses
• Partie frontale genoux
• Intérieur genoux
• Nuque
• Omoplates
• Rouleaux dorsaux (situés sous le soutien-gorge)
• Rouleaux de la taille
• Dessus du coccyx
• Fesses
• Plis fessiers
• Arrière des cuisses
• Mollets
• Cheville

Contrairement à la liposuccion, elle est moins douloureuse et surtout, elle laisse apparaître moins d’irrégularités au niveau de la peau. Enfin, le patient ou la patience verra moins d’hématomes et les zones traitées accumuleront moins d’eau. Autant le dire, la liposculpture est bien plus agréable sous tous les aspects.

Préparer son corps à recevoir une liposculpture

Bien qu’à vocation esthétique, la liposculpture n’est pas une intervention, aussi, il est possible de limiter les inconvénients qui peuvent apparaître une fois achevée. En préparant le corps, ce dernier sera moins sujet aux hématomes, à l’accumulation d’eau et de manière générale, la fatigue postopératoire se fera moins sentir.
Pour cela, le médecin va prescrire :
• Des massages destinés à activer la circulation du sang dans le corps (le drainage lymphatique)
• La prise de substances végétales destinées à renforcer l’effet du drainage, réduisant ainsi l’apparition d’hématomes (phytothérapie)

Déroulement d’une intervention de liposculpture

L’intervention pour une liposculpture dure d’une heure et demie à deux heures et le patient peut rentrer chez lui le jour même. Tout dépendra du nombre et de l’étendue des zones à traiter, et de la quantité de graisse à aspirer. Elle peut se dérouler de deux manières :
• Sous anesthésie locale (sédation)
• Sous anesthésie générale
Une fois le patient anesthésié, le chirurgien pratique plusieurs petites incisions de 3mm dans la peau. Grâce à un petit tube, il injecte un liquide dans la graisse, ceci afin d’insensibiliser la zone, mais surtout pour liquéfier les cellules graisseuses. La graisse, devenue liquide, est aspirée par le même tube, sculptant ainsi le corps, au fur et à mesure.
Pour éviter les gonflements, le patient doit porter une lipopanty adaptée à sa morphologie, cela pendant un mois. Cette culotte élastique évitera les enflures tout en soutenant la peau.

Après la liposculpture

Les parties traitées donneront une sensation de raideur et seront douloureuses durant la première semaine. Les sutures sont enlevées au bout d’environ une semaine et demie.
S’agissant d’une intervention chirurgicale, la cicatrisation et le repos sont essentiels. Pour cela, il est conseillé au patient de prendre quelques jours de repos.
Les nouveaux contours retrouvés grâce à la liposculpture seront visibles au bout de 2 à 3 semaines, contre 3 à 6 mois pour les résultats définitifs !

Rhinoplastie : refaire son nez grâce à la chirurgie esthétique

Rhinoplastie : refaire son nez grâce à la chirurgie esthétique

Une personne qui souhaite faire refaire son nez dans un but esthétique bénéficiera d’une rhinoplastie. Cette intervention fait partie des plus demandées auprès de chirurgiens. Véritable challenge pour ce dernier, l’opération en question doit être menée avec le plus grand professionnalisme, dans un cadre médicalisé.

En quoi consiste la rhinoplastie ?

La rhinoplastie consiste en une intervention d’ordre plastique et esthétique sur le nez. Généralement, elle est demandée dans le cas où le patient ou la patiente souhaite corriger des disgrâces.

Le nez, élément essentiel du visage humain

Le nez fait partie des éléments qui participent à l’harmonie du visage humain. Sa modification apporte naturellement de nombreux changements d’autant plus que les lèvres supérieures et le menton en dépendent également.

Deux formes de rhinoplasties
Les disgrâces en question peuvent être de différentes origines : naturelles, à la suite d’un traumatisme, ou dues au vieillissement. Ainsi, on parle de deux formes de rhinoplasties :

– fonctionnelle (ou septo-rhinoplastie), pour redresser la cloison par exemple lorsqu’elle est source d’une difficulté respiratoire

– esthétique, pour modifier la forme du nez, au niveau de la partie osseuse (sur le dessus) soit sur la partie cartilagineuse (en dessous)

Grâce à ses études et ses connaissances médicales, le chirurgien esthétique est capable de modifier l’apparence du nez : le raccourcir, le rendre moins haut, moins large. Il doit également prendre en compte l’apparence générale du visage, la finesse de la peau, la structure osseuse, etc. du patient. En ce sens, il est d’ailleurs recommandé aux personnes désireuses de demander une rhinoplastie d’attendre l’âge de 17 ans environ, fin de la croissance.

Avant la rhinoplastie

Il existe toute une procédure complète qui précède un acte de chirurgie et la rhinoplastie n’y échappe pas. En France, les professionnels de santé sont formés à écouter le patient, mais également à poser leur veto lorsque les attentes du patient en question peuvent porter atteinte aussi bien physique que mentale.

Comprendre les attentes du patient

Étant une chirurgie à portée esthétique, la rhinoplastie est avant tout un dialogue entre le patient et son chirurgien. Seul ce dernier est à même de décider si la demande du patient est réalisable et adaptée esthétiquement. Pour cerner exactement les attentes du patient, le chirurgien devra établir un dialogue ouvert, un lien de confiance. Il réalisera ensuite des clichés du patient en noir et blanc, de face, mais surtout de profil, toujours dans un but médical, ceci afin de simuler les résultats de la rhinoplastie. D’autres simulations sont également faites par ordinateur, elles viennent compléter celles faites de manière moins technologique, sur photo papier.

Le patient est invité à poser toutes les questions qui lui viennent en tête. En procédant ainsi, aucune zone d’ombre ou malentendu ne subsisteront entre lui et son chirurgien.

L’intervention chirurgicale

 

Avant l’intervention

 

Avant l’intervention, le patient doit effectuer un bilan sanguin, à la demande du chirurgien. Dans certains cas, il demandera également un bilan radiologique. Une fois que le chirurgien et le patient sont tombés d’accord sur la faisabilité de l’opération et les attentes du futur opéré, voici le déroulement :

– Le chirurgien programme la date d’intervention,
– Néanmoins, il doit légalement laisser un délai de 15 jours de réflexion à son patient, étant donné qu’il s’agit d’un acte esthétique,
– Durant cette période de réflexion, le patient se rend chez l’anesthésiste
– Le chirurgien remet un devis détaillé et un dossier opératoire au patient

Le jour de l’opération, grâce aux photographies du visage du patient, que le chirurgien étudie de nouveau afin de visualiser et de marquer les gestes techniques qu’il appliquera durant l’intervention.

L’intervention dure entre 30 minutes et 2 heures. Le patient reste généralement une journée au sein de la clinique, mais dans certains cas, il peut être invité à rester un jour et une nuit, pour observation. Ceci est valable pour les rhinoplasties plus complexes.

Après l’intervention

 

Rarement douloureuses, les suites opératoires de la rhinoplastie durent entre 7 à 15 jours. Le patient est invité à reprendre ses activités habituelles dans un délai de 10 à 20 jours, toutefois, le nez reste fragile durant 1 mois.

La rhinoplastie n’est pas une chirurgie banale : la forme et la perception du visage en dépendront grandement une fois appliquée. Si dans certains cas il s’agit d’une correction médicale nécessaire, dans d’autres, elle est purement esthétique. N’oubliez pas de vous poser les bonnes questions, mais surtout d’établir un dialogue clair et franc avec le chirurgien auquel vous confierez votre nez.

Chirurgie esthétique en Tunisie : un témoignage touchant

Chirurgie esthétique en Tunisie : un témoignage touchant

Bonjour,

“Je tiens à vous remercier pour cette expérience. Grâce à YPSEE, j’ai moins appréhendé ces opérations. Le Docteur B. et son équipe Médicale sont formidables et aux petits soins.Laetitia est disponible et sachant qu’elle est disponible pour le moindre pépins =cela nous rassure.
Un grand Merci et soyez sûr que je ne manquerais pas parler de vous, en bien.

Concernant ma lipocussion le docteur à bien compris les zones qui fallait traiter et à ce jour les résultats commence déjà à ce voir sachant que je suis qu’à 10 jours de l’intervention. J’ai encore du mal à marcher correctement du fait que je suis encore un peu gonflée et que je ressens encore quelques douleurs. J’ai vu le docteur la veille de mon départ pour vérifier les pansements et la cicatrisation…

Sylvie

Chirurgie esthétique au Maroc : un témoignage touchant

Chirurgie esthétique au Maroc : un témoignage qui réchauffe les cœurs

Bonjour,

Je tenez à vous remercie car tout s’est bien passé au Maroc.
Très bon accueil avec le docteur R.

Concernant ma lipocussion le docteur à bien compris les zones qui fallait traiter et à ce jour les résultats commence déjà à ce voir sachant que je suis qu’à 10 jours de l’intervention. J’ai encore du mal à marcher correctement du fait que je suis encore un peu gonflée et que je ressens encore quelques douleurs. J’ai vu le docteur la veille de mon départ pour vérifier les pansements et la cicatrisation…

En conclusion:
Suivi impeccable avec vous du début jusqu’à la fin. Le docteur très accueillante, souriante, très aimable et sociable.

Je vous recommande et vous remercie.

Mlle Toure.

Chirurgie esthétique en Tunisie : un beau témoignage

Chirurgie esthétique en Tunisie : un témoignage qui réchauffe les cœurs

“Bonjour,

Je suis rentrée de Tunisie hier très tard dans la nuit.
Ceci dit, je reviens vers vous pour vous donner quelques nouvelles. Nous avons été très bien pris en charge par votre équipe sur place. L’intervention esthétique s’est bien passée et même si j’ai encore des douleurs, ceci n’est pas handicapant.
J’ai encore une semaine à passer à la maison et je pense que d’ici là, je devrais être prête à reprendre le travail.
Mon état ne m’a pas permis de profiter de mon séjour pour faire du tourisme mais ce n’est que partie remise d’autant plus que l’objectif principal a été atteint.

Je voudrais vous remercier du fond du coeur vous et toute votre équipe d’ici et là-bas (même ceux avec qui je n’ai pas été en contact direct) pour votre présence ; grâce à vous j’ai pu mener à bien ce projet et surtout, ceci a été fait de façon complètement sereine.
Je ne manquerai pas de recommander vos services et en cas de besoin, vous pouvez transmettre mon adresse email à ceux et celles qui souhaitent partager mon expérience.
Longue vie à Ypsée “

Tourisme médical : le terme n’est plus tabou et Marseille se positionne

Tourisme médical : Marseille associe tourisme et santé

L’article paru dans la Provence ( édition 13/07/2012 ) sur le tourisme médical met en avant le projet de la chambre de Commerce et l’AP-HM de créer un pôle santé méditerranéen qui a pour but d’attirer les touristes de santé étrangers dans la région de Marseille. Nous notons que l’expression “tourisme médical” n’est plus bannie des institutionnels. En fonction des interventions on parle de tourisme dentaire, tourisme esthétique et plus globalement de tourisme médical.

À l’heure où se développe ce phénomène de tourisme médical dans le monde, les autorités sanitaires françaises souhaitent à présent rattraper leur retard par rapport à des pays comme l’Allemagne, la Turquie ou encore la Hongrie. Les pays les plus compétitifs dans ce secteur sont l’Inde, la Thaïlande, Singapour, Le Liban, la Jordanie ou encore les Philippines.

Le tourisme médical dans la monde.

Marseille est une ville sur le plan qualitatif, où sont présents une élite de médecins et des infrastructures de pointes. Ce sont les disciplines telles que la chirurgie de la main, la chirurgie bariatrique, l’orthopédie, la chirurgie endocrine qui seraient le fer de lance.

Adapter une stratégie marketing efficace pour le tourisme médical

En réalité et sans action marketing ou stratégie adaptée, Marseille accueille déjà depuis plus de 30 ans des patients venant de l’étranger, des italiens notamment.

Ce qui est nouveau et comme l’a si bien dit Jacques Pfister c’est qu’ « Il ne faut pas avoir peur de parler de marketing ». Alors pourquoi la région de Marseille avec de tels atouts a accumulé un tel retard ?

Cela vient certainement du fait que les praticiens de santé répudient fortement l’association des termes marketing et santé, en effet de part leur serment d’Hippocrate la santé ne doit pas se concevoir comme un commerce. L’autre raison est que les usagers de santé voient d’un mauvais œil l’arrivée en masse d’étrangers avec un porte monnaie bien rempli qui se verraient dérouler le tapis rouge.

Et dans un même temps que l’opinion publique (les usagers de santé de la région) verrait d’un mauvais oeil que les étrangers avec un porte monnaie bien rempli se voit dérouler le tapis rouge.

Tout le challenge de cette nouvelle stratégie sera donc d’expliquer aux praticiens et aux patients de la région que cet accueil de patients étrangers est au contraire une formidable opportunité de développement et source de nouveaux emplois pour la citée phocéenne.

Une chose est sûre : Ypsée participera au débat et vous tiendra informé via son Blog patientsansfrontieres.

La chirurgie esthétique en Amérique Latine: les Brésiliennes et leur corps de rêve !

Toutes les brésiliennes ont des fessiers de rêves !

Mythe ou Réalité ?

 


Un mythe qui n’est pas vrai qu’à moitié…

Le récit de ma propre expérience :

Il y a 2 ans j’ai fait une petite escapade imprévue au Brésil, plus précisément à Rio de Janeiro. J’ai logé dans le quartier un peu huppé d’Ipanema.

Arrivée à Ipanema, je me suis rendue directement à la célèbre plage « Posto 9 » : lieu de rdv à la mode, où toutes les brésiliennes de tout âge portent des corps de rêves des string.

Le souvenir le plus impressionnant de cet endroit est l’ambiance qui y règne. Plus chic que Copacabana, Ipanema demeure la plage la plus “in” de Rio de Janeiro, mais surtout la plus sexy ! Des belles filles, il y en partout ici, des beaux gosses aussi et ceux tout autour du Posto 9. Les magnifiques brésiliennes mettent en avant leurs corps de rêve à peine recouvert de tissus !! 😉

C’est fou sur le moment je me suis dit, que toutes les femmes brésiliennes ont des corps et surtout des fessiers de rêves. Certes très adeptes de sport, de gymnastique, du culte du corps; elles le sont aussi pour la chirurgie esthétique. Et n’hésite pas à s’en vanter ! Il est fréquent d’offrir en cadeau d’anniversaire une intervention de chirurgie esthétique.

L’opération la plus tendance, aujourd’hui au brésil, est l’augmentation du fessier !

L’opération a pour objectif de donner plus de volume aux muscles fessiers par l’intermédiaire de 2 techniques :

  • La lipostructure ou lipofilling : qui redonne un volume naturel aux fessiers en réinjectant par endroits une greffe de vos propres cellules graisseuses.
  • Implants fessiers ou prothèses de fesses, s’applique dans les cas où la lipostructure n’est adaptée ou insuffisante pour redonner un volume satisfaisant.

La pose d’implants de silicone dans les fesses pour les galber est plutôt déconseillée. Cette technique est nouvelle en France ne convainc pas la majorité des plasticiens. Les risques de complications importantes sont élevés : infection, rupture ou déplacement de l’implant…et les suites sont longues et plutôt douloureuses.

Injection de graisse (Lipofilling) ou implants fessiers le débat reste ouvert. Mesdames si vous êtes vraiment attirées, rapprochez-vous d’un chirurgien compétent en la matière qui maitrise l’une ou l’autre des 2 techniques.

Attention aux charlatans et apprentis pratiquants la chirurgie esthétique !

Une Star…étirée !

Le recours à la chirurgie esthétique n’est pas une décision a prendre à la légère ! La chirurgie réparatrice et esthétique est une spécialité à part entière.

Le marché de la chirurgie esthétique est en pleine expansion. Malheureusement, les arnaques se développent tout aussi rapidement !

Soyez vigilant !

Seuls les chirurgiens spécialisés en “Chirurgie plastique et réparatrice” ont le droit de pratiquer les interventions telles qu’une liposuccion, une rhinoplastie ou une augmentation mammaire.

 

Comment choisir un “bon” chirurgien ?

1) Consulter plusieurs chirurgiens et ne vous fier pas seulement à la notoriété des chirurgiens, les plus “célèbres” ne sont pas forcément les meilleurs.

2) Vérifier la formation et les diplômes sur les sites spécialisés : conseils de l’ordre, syndicat des plasticiens …

3) Vérifier le niveau d’expérience du chirurgien et demander à voir les résultats sur photos avant / après des anciens patients.

4) Écouter votre entourage car le bouche à oreille est l’une des meilleurs sources pour faire son choix.

5) Faites le tri de l’information sur le net (même si cela n’est pas évident) : les forums regorgent de faux patients recruteurs

6) Être en confiance : l’aspect humain, le feeling et le dialogue avec le chirurgien sont primordiales pour faire son choix. Il faut se sentir en totale confiance.

Il faut prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas. Le recours à un Chirurgien Plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter les complications, où les traiter efficacement le cas échéant.

Tout le monde veut avoir un sourire de star

Le sourire exprime généralement le plaisir et l’amusement, mais aussi l’ironie, et joue un rôle sociale important. Dans notre société, les dents ont acquis un caractère de séduction et de puissance sociale.

Le corps est devenu marqueur de personnalité, qui doit être entretenu sans cesse. Le visage et la denture sont les parties les plus exposées. Ainsi, de très nombreux patients ne consultent plus le dentiste parce qu’ils ont mal aux dents, mais pour avoir de “belles dents”.

Selon tous les sondages recueillis, nous constatons que la plupart des français renoncent de plus en plus à consulter leurs dentistes. Pourquoi ?

Des soins étalés sur plusieurs mois, des attentes infinies. La plupart des gens craque bien avant et abandonne leur démarche. À la base très motivés, les patients se découragent.

Pour avoir de belles dents, et économisez 50 % sur ses soins dentaires, les français n’ont plus peur d’aller hors de nos frontières (Hongrie, Roumanie, Pologne..). Jusque là satisfait du système de santé de leur pays, considéré comme l’un des plus performants, les français étaient peu intéressés par le tourisme dentaire. Mais la situation aujourd’hui évolue et le phénomène du tourisme dentaire se démocratise. Le tourisme dentaire en Hongrie pèse aujourd’hui 15 millions d’euros.

La santé bucco-dentaire n’est pas seulement importante pour l’apparence et le sentiment de bien-être, elle l’est aussi pour l’état de santé général.