Une femme contrainte de rembourser ses faux seins à son ex

Quantcast

Série histoire insolite épisode 2:

L’histoire se passe en Allemagne. L’ex-petit ami d’une jeune femme de 20 ans l’oblige à lui rembourser ses implants mammaires. Il avait déboursé 4.379 euros en 2009 pour qu’elle puisse subir une opération de chirurgie esthétique. Le couple s’est séparé quelque temps après cette grosse poitrine mise en place.

Il a récemment appelé la police pour exiger le remboursement de cette somme. L’homme en question avait fait signer à son ex un contrat stipulant qu’elle devrait lui rembourser ses seins si elle ne restait pas avec lui toute l’année suivant sa chirurgie.

On préciser tout et n’importe quoi dans le contrat de mariage !

Chirurgie esthétique : 45% des femmes françaises seraient tentées.

Selon un sondage récemment réalisé pour notre magazine Topanté par Harris Interactive, les femmes seraient toujours plus enclines à recourir à la chirurgie esthétique pour effacer leurs petits défauts. Ainsi, 45% des femmes envisagent sérieusement l’idée d’un recours à la chirurgie ou à la médecine esthétique. 71% pensent que cette pratique est à la mode.

En dépit de la crise économique, la chirurgie esthétique aurait bon dos. Mieux, le nombre de françaises désirant changer au moins un détail physique de leur corps serait en augmentation : selon un sondage exclusif Top Santé/ Harris Interactive, elles sont 87 % à vouloir changer quelque chose chez elles et pour y parvenir 45 % sont prêtes à tenter la chirurgie ou la médecine esthétique. Et ce que les Françaises aimeraient corriger en priorité ? Leur ventre, pour 64 % d’entre elles, les cuisses (50 %), les fesses (38 %) et les seins (37 %). Toute une anatomie passée au scanner féminin et qui pourrait aussi très bien se retrouver sous le bistouri d’un chirurgien ou médecin esthétique. Car pour 61 % des Françaises la médecine et chirurgie esthétique font partie d’une évolution de la société. Et même si 74 % déclarent que c’est un phénomène de mode et qu’elle effraie encore 71 % d’entre elles, 45 % des Françaises se disent prêtes à sauter le pas.

En troisième lieu, les sondées aimeraient, à 38%, modifier leurs fesses. Cette partie du corps, dans l’ordre de préférence des opérations à effectuer, est suivie de très près par les seins, qui captent l’attention de 37% des femmes. 24% des sondées affichent ensuite une préférence pour une épilation permanente. Plus concrètement, 18% des françaises envisagent une liposuccion du ventre ou des hanches et 11% veulent franchir le pas pour se faire opérer des seins. Pour l’heure, cet enthousiasme pour changer une ou plusieurs parties du corps ne prend forme que dans de faibles proportions : Seules 6% des sondées auraient déjà eu recours à la chirurgie esthétique tels que lifting ou liposuccion, et 4% auraient fait appel à la médecine esthétique tels que laser, botox ou différentes techniques anti-âge.

Dans le cas de la médecine esthétique, les obstacles majeurs dissuadant les femmes de passer à la pratique seraient les tarifs élevés des soins (pour 48% des sondées) et le fait d’aller à l’encontre de la nature (pour 47% des femmes). En revanche, les freins dissuadant de passer à la chirurgie esthétique seraient d’abord les peurs des suites médicales (à hauteur de 53%) puis le tarif élevé des soins (à hauteur de 52%). A noter que les hommes sont de plus en plus présents dans les cliniques spécialisées : Ils représentent désormais 20% des clients de la chirurgie esthétique. Leurs soucis sont différents, puisqu’ils privilégient les opérations des paupières et les implants de cheveux.

Source : Top Santé, L’Express, doctissimo

La chirurgie esthétique pour booster sa carrière…

On savait déjà que la chirurgie esthétique était souvent utilisée par des célibataires en mal de séduction. Ce dont on se doutait moins, c’est que les travailleurs sont de plus en plus nombreux à passer sous le bistouri pour donner un coup de pouce à leur carrière. C’est ce que rapporte les membres de l’American Academy of Facial Plastic and Reconstructive Surgery.

Une tendance qui s’explique en partie par des recherches qui démontrent que les gens “beaux” gagnent plus d’argent et ont de meilleures possibilités d’avancement. Les femmes ne sont pas les seules à succomber à l’appel du bistouri. Les professionnels de la gente masculine se soumettent notamment à des greffes de cheveux, chirurgies des paupières , séances de Botox… tout cela avec un seul objectif avoir l’air plus jeune…

Médecine esthétique vs Chirurgie esthétique

Depuis quelques années, la tendance en Europe est à la médecine esthétique (épilation laser, Botox, microdermabrasion), celle ci prenant le pas sur la chirurgie esthétique lourde.

Aujourd’hui, 82% des actes réalisés par des chirurgiens plasticiens sont des actes “non invasifs” (légers), d’après les chiffres de l’Imcas (International Master Course on aging Skin). Depuis 1997, la croissance du secteur de la médecine esthétique a été de + 747%, alors que celle de la chirurgie esthétique a été de + 98%. Entre 2005 et 2006, la chirurgie a même connu une baisse de 9% en Europe. Parmi les patients, les femmes représentent 92% des demandes.

Les patients ont donc tendance à rechercher des traitements moins invasifs, plus légers, et qui les obligent à moins s’immobiliser. Ils ont de plus en plus recours à des traitements de médecine esthétique au niveau du visage et de la silhouette. Il s’agit notamment d’injections de collagène, dont la croissance annuelle devrait être de 16% d’ici 2010, mais aussi de toxine botulique (Botox), qui devraient se développer de 25% par an jusqu’en 2010.

Le top 5 des actes d’esthétique médicale en Europe
1. Injection de toxine botulique
2. Injections d’acide hyaluronique
3. Epilation laser
4. Microdermabrasion
5. Resurfacing

Le top 5 des interventions chirurgicales
1. Liposuccion
2. Augmentation mammaire
3. Chirurgie des paupières
4. Lifting du ventre
5. Remodelage mammaire

La Médecine esthétique détrone donc aujourd’hui la chirurgie esthétique lourde pour quelques actes bien précis notamment ceux liés au visage mais pour les actes comme l’augmentation mammaire ou l’abdominoplastie il faut bien le reconnaitre la chirurgie esthétique dite “classique” a encore de beaux jours devant elle…

La chirurgie esthétique pour les hommes dopée par “le Syndrome Sarkosy”

Tous les médias parlent de ce phénomène de société que représente la chirurgie esthétique pour les hommes.

Longtemps considérée comme tabou, voilà que notre cher président de la république Nicolas Sarkozy décomplexe les hommes qui avouent désormais y avoir de plus en plus recours.

Ce qui caractérise ce que l’on appelle le “Syndrome Sarkozy” n’est rien d’autre que la crise de la cinquantaine que traversent généralement tous les hommes. Paraitre plus jeune, soit pour rester dans le coup sur le plan professionnel, soit en raison d’un second mariage avec une femme moins agée, est la principale motivation évoquée.

Ainsi, de janvier à mars, les consultations pour des injections de Botox ont bondi de 57% chez les hommes, par rapport à la période équivalente de l’an dernier. Mais de nombreuses autres interventions ont le vent en poupe, il s’agit principalement des micro-greffes de cheveux pour lutter contre la calvitie ou encore de la liposuccion pour faire disparaitre ces horribles “poignées d’amour”…