Soins dentaires en Hongrie: Ypsée enrichit sa base de cliniques dentaires partenaires.

Suite aux différentes interventions (Presse écrite, radio et télevision) sur le tourisme dentaire ainsi que sur la mobilité des patients, Ypsée prend en charge de plus en plus de clients. Pour répondre à cette demande croissante, Ypsée enrichit sa base de cliniques dentaires hongroises partenaires. Dans ce cadre de développement, plusieurs projets de collaboration ont été initiés et aboutiront d’ici fin mars 2010.

Que ce soit pour la pose d’implants dentaires, de couronnes dentaires ou encore de bridge dentaire, refaire ses dents à Budapest en Hongrie est un projet qui doit être cadré et organisé dans les meilleurs conditions d’hygiène et de sécurité. Ce processus qualité-sécurité-hygiène est au centre de la sélection des cliniques partenaires (chirurgie esthétique, chirurgie dentaire et Lasik) d’Ypsée. Pour évaluer la qualité globale des cliniques, les deux fondateurs d’Ypsée, grâce à leur expérience du management des entreprises de santé, ont établit des manuels d’audits appelés “cahier des charge”. Le cahier des charges pour les cliniques de chirurgie dentaire été élaboré sur les référentiels de l’association dentaire Française ADF.

Le Panama : 1ère destination du tourisme médical pour les americains.

D’après la revue “National Center for Policy Analysis” publiée aux Etats-Unis, le Panama est désormais en tête du “top 5” des destinations médicales où se rendent les américains. “Le Panama offre des prestations médicales moins chères juste à la frontière sud des Etats-Unis. Les frais y sont, en moyenne, plus bas de 40% à 70%.”

En deuxième position vient le Brésil, puis la Malaisie, le Costa Rica et l’Inde. Le marché du tourisme médical devrait “dépasser les 120 miliards de dollars en 2012” précise la revue.

Etats-Unis : augmentation du “tourisme médical”.

Les Américains sont de plus en plus nombreux à partir à l’étranger pour se faire soigner : 85 000 d’entre-eux “recourent chaque année aux services d’agences de ‘tourisme médical’ , attirés en Asie par des coûts médicaux nettement plus avantageux“. Avec 46 millions de personnes qui ne seraient pas assurées aux Etats-Unis, le “nombre de ‘touristes médicaux’ augmenterait de 15% chaque année“. Un phénomène qui ne devrait pas ralentir avec le vieillissement de la population et la hausse du chômage qui prive des millions de personnes de couverture médicale.

Selon Josef Woodman, auteur de Patients sans frontières, un guide présentant les meilleures destinations médicales, “on constate une vraie détresse médicale […]. La plupart ne veulent pas se rendre à l’étranger mais sont obligés de le faire à cause de leur situation financière”. En effet, “les coûts d’un même protocole médical peuvent être jusqu’à 20% inférieurs à l’étranger” estime l’Association médicale américaine (AMA). Pour Saroja Mohanasundaram, présidente de Healthbase, le leader américain du tourisme médical, “il faut utiliser les bienfaits de la mondialisation pour aider les personnes dans le besoin“. A contrario, des voix se lèvent pour souligner le “manque de statistiques fiables sur la qualité des procédures médicales dans tel ou tel pays et sur les conséquences sur les systèmes médicaux d’accueil, surtout en Asie. Il n’est pas sûr que la réforme du système de santé de Barack Obama enraye l’accroissement de ce secteur florissant.

Pour Rob Zachariah qui dirige New Medical Horizon, une société de tourisme médical, “la médecine socialisée n’est pas un système parfait et les temps d’attente extrêmement longs peuvent en décourager plus d’un. On n’ira plus à l’étranger à cause du coût des traitements mais parce que les temps d’attente sont moins longs“.

Source : Alexis Buisson.

Le tourisme médical au Liban devrait générer 1,2 milliard de dollars d’ici 2012.

L’information par iloubnan affirme que le Liban souhaite désormais devenir leader dans le domaine du “tourisme médical” Le Royal Hotel Beirut surfe sur la vague et lance son propre programme. Faire du Liban l’hôpital de l’orient, telle est l’ambition du Conseil du tourisme. Avec ses 11 505 médecins hautement qualifiés et ses 177 hôpitaux, le pays a tout pour réussir. Reste à attirer le client. Pour ce faire, des hôtels, comme le Royal Hotel Beirut, nouent des partenariats avec des cliniques, des agences de voyages et des compagnies aériennes pour offrir des séjours clé en main de “tourisme médical”.

D’après un rapport publié par l’Agence pour le Développement des Investissements au Liban (IDAL), la croissance du secteur du “tourisme médical” devrait se situer autour de 30% en moyenne entre 2009 et 2011. La filière devrait générer 1,2 milliard de dollars d’ici 2012.

Dans cette optique Ypsée attend se positionner courant 2010 au Liban et devrait lié des partenariats avec des cliniques et des chirurgiens libanais.

Complémentaires santé et soins dentaires.

On associe souvent les complémentaires santé aux coûteux soins dentaires. Dans quelles mesures les remboursements sont-ils intéressants ?

Après des soins chirurgicaux, un patient est très souvent obligé de porter une prothèse. De la couronne à l’appareil complet, du bridge à l’implant, la sécurité sociale a prévu chaque cas de figure tenant même compte des matériaux pour établir un tableau de remboursement.
Malheureusement, les tarifs conventionnels sont loin des tarifs pratiqués.

Une liberté d’honoraires

Il n’existe pas de secteur 1 ou 2 en matière de prothèses dentaire. Les honoraires sont complètement libres, en dehors, évidemment, des soins préparatifs considérés comme des soins chirurgicaux et soumis à un remboursement de 70 %.

Les remboursement de l’assurance maladie en matière de prothèses dentaires sont calculés sur la base d’un tarif dit de « responsabilité » qui ne tient pas compte des coûts réels. Si le régime obligatoire contraint le praticien à établir un devis, il l’encourage également à « fixer ses honoraires avec tact et mesure », formule bien large. Au patient de faire en sorte que son chirurgien-dentiste, ou son médecin-stomatologue, soit mesuré et plein de tact…

Le prix de la prothèse elle-même dépend évidemment des matériaux utilisés et des tarifs du prothésiste. Celui-ci donne une première échelle de valeur à laquelle s’ajoute les « travaux » du praticien pour la pose de la prothèse. Une couronne, un implant, un bridge, un appareil de quelques dents ou de tout un niveau de la bouche ont chacun un prix et le niveau de difficulté de la pose ajouté peut faire s’envoler les devis jusqu’à des sommets.

Les complémentaires santé, dans tout ça, échelonnent les remboursements. Les plus performantes iront jusqu’à 400 ou 500% du tarif conventionnel. Attention, très souvent la complémentaire santé plafonne une somme par an et par personne pour ce type de travaux. Elle peut aussi imposer un délai de carence d’une à plusieurs années de cotisations avant d’accepter un remboursement.

Dans la grande majorité des cas, le patient doit adresser le devis de son praticien à sa complémentaire avant de s’engager dans des frais qui ne lui seront pas forcément remboursés.

Source: Benoit MARTIN

Tourisme de santé : mise au point d’une nouvelle stratégie par le ministre de la santé tunisienne.

Le ministère tunisien de la Santé publique, M. Mondher Zenaidi, est en train d’élaborer un plan d’action pour accueillir annuellement quelque 300 mille touristes par an, dans le cadre du tourisme médical.

Dans ce cadre, la Tunisie va promouvoir l’investissement dans le secteur du tourisme médical, en établissant un partenariat avec des organismes étrangers spécialisés dans les services de santé : Ypsée devrait en faire partie.

Dans le but d’atteindre cet objectif, un diner débat s’est tenu le 22 janvier 2010 à Paris au Montecristo sur le thème: ” Tunisie destination de santé”. L’un des deux fondateurs (Sedkaoui Moezz) y participa avec la présence de différents acteurs de la santé en Tunisie : Pr Mohamed Ghannem, Dr JalelDahass et le chirurgien plasticien Foued Hamza.

Les photos de la soirée seront en ligne très prochainement…

Ypsée met son modèle en avant et transpose son offre de services aux USA.

Photo prise à New York.

En discussion avancée avec des partenaires américains installés à New York, Ypsée devrait mettre en place début 2010 son offre de services et son savoir faire aux Etats-unis en créant Ypsée LLC (Limited Liability Company. L’objectif d’Ypsée est de se positionner à court terme sur le territoire américain qui constitue le marché le plus important en matière de mobilité de patients tout en consolidant sa position de leader sur le marché Français.

Parce que les soins sont excessivement chers aux Etats-Unis, les américains n’hésitent plus désormais à se rendre à l’étranger pour leurs opérations chirurgicales. Ils recherchent avant tout une qualité équivalente, des délais d’attente réduits et bien sûr des tarifs plus abordables.

Les opérations les plus pratiquées par les américains hors de leur territoire sont la chirurgie esthétique, chirurgie dentaire, chirurgie orthopédique (hanche, genou..) et cardiaque.

Ypsée débutera prochainement la sélection de ses cliniques et chirurgiens partenaires dans les pays récepteurs de patients comme le Brésil, le Costa rica, le Mexique, la Thailande , l’Inde et Singapour.

Affaire à suivre…

Le tourisme médical et les pays récepteurs.

Ypsée sur les ondes Radio

Ypsée sur les ondes Radio

Après la presse écrite et la télévision, Ypsée se retrouve sur les ondes radio. Nous vous invitons à écouter l’émission “priorité santé” demain (24/11/09) sur RFI à 15h10. Claire Hédon et ses invités feront le point sur l’avancée de la recherche, ils parleront des difficultés que rencontrent les personnes handicapées ou en situation de précarité pour accéder aux soins dentaires. Enfin, ils aborderont la question du “tourisme dentaire” et des flux de patients entre les pays (Marie-Joseph Albert, partenaire d’Ypsée).

Pour plus d’informations : http://www.rfi.fr/contenu/20091123-1-prendre-soin-dents

Ypsée sur les ondes Radio : France inter

Par ailleurs, Ypsée participera au sujet consacré au “tourisme dentaire” qui sera diffusée le dimanche 20 décembre dans le cadre du magazine “Interceptions” de 9h10 à 10h sur France Inter.

Tous les podcast seront rediffusés en continue sur notre site Web et sur le groupe Facebook d’Ypsée.Ypsée sur facebook

Ypsée sur la chaine Vivolta ce soir à 22H10.

Après les reportages sur M6 et TF1, Ypsée est fière de vous annoncer sa participation au documentaire “la jeunesse à tous prix” qui sera diffusé ce soir (27 octobre) à 22h10 sur la chaine Vivolta. Cette chaine émet sur le canal 50 de canalsat et sur le canal 36 ou 38 (selon les villes) de Numéricable.

Vous visualiserez l’interview d’un chirurgien esthétique partenaire avec l’intervention de l’un des fondateurs d’Ypsée.

Ce reportage sera rediffusé très prochainement en continue sur notre site Web (Ypsée).

La chaine de philippe gildas

« La chaîne qui a encore des choses à dire ». Sa cible ? Les seniors… « de 45 à 65 ans ».

Pour les attirer, l’animateur Philippe Gildas, figure historique de Canal+, s’est entouré de José Garcia, Marie-Ange Nardi, Jacques Pradel, Jean-Pierre Gaillard ou encore Jérôme Bonaldi. Au menu : beaucoup de chroniques gastronomie, bien-être, santé, culture, et une programmation cinéma qui affiche son ambition d’aller au-delà des éternelles séries pour seniors.

Ypsée en délégation officielle à Tunis

Dans le cadre des échanges économiques et culturels Franco-Tunisien, Ypsée a participé avec la délégation officielle de la CC-FT (Chambre de commerce franco tunisienne) au déplacement à Tunis en compagnie du maire de Marseille Jean-Claude GAUDIN.

Ypsée (Sedkaoui Moezz) avec le Mr le maire de Marseille (Mr GAUDIN) Ypsée (Sedkaoui Moezz) avec le président de la chambre de commerce et d’industrie de Tunis (Mounir MOUAKHAR).

Cette visite s’est articulée autour d’un programme commun avec les repas officiels et les réceptions (chez l’Ambassadeur de France, chez le Maire de Tunis Abbès Mohsen) puis de deux programmes séparés, le premier politique (relatif aux rendez vous de M. le Maire avec les membres du gouvernement et des hauts responsables Tunisiens), le deuxième économique , relatif aux rencontres des chefs d’entreprises Français avec leurs homologues Tunisiens (CCi-Tunis et CFTCI) ainsi que la participation au Forum de Carthage sur les investissements.

Signature d’accord entre le maire de Tunis (Mr Mohsen Abbès) et le maire de Marseille (Mr Gaudin).