Etats-Unis : augmentation du “tourisme médical”.

Les Américains sont de plus en plus nombreux à partir à l’étranger pour se faire soigner : 85 000 d’entre-eux “recourent chaque année aux services d’agences de ‘tourisme médical’ , attirés en Asie par des coûts médicaux nettement plus avantageux“. Avec 46 millions de personnes qui ne seraient pas assurées aux Etats-Unis, le “nombre de ‘touristes médicaux’ augmenterait de 15% chaque année“. Un phénomène qui ne devrait pas ralentir avec le vieillissement de la population et la hausse du chômage qui prive des millions de personnes de couverture médicale.

Selon Josef Woodman, auteur de Patients sans frontières, un guide présentant les meilleures destinations médicales, “on constate une vraie détresse médicale […]. La plupart ne veulent pas se rendre à l’étranger mais sont obligés de le faire à cause de leur situation financière”. En effet, “les coûts d’un même protocole médical peuvent être jusqu’à 20% inférieurs à l’étranger” estime l’Association médicale américaine (AMA). Pour Saroja Mohanasundaram, présidente de Healthbase, le leader américain du tourisme médical, “il faut utiliser les bienfaits de la mondialisation pour aider les personnes dans le besoin“. A contrario, des voix se lèvent pour souligner le “manque de statistiques fiables sur la qualité des procédures médicales dans tel ou tel pays et sur les conséquences sur les systèmes médicaux d’accueil, surtout en Asie. Il n’est pas sûr que la réforme du système de santé de Barack Obama enraye l’accroissement de ce secteur florissant.

Pour Rob Zachariah qui dirige New Medical Horizon, une société de tourisme médical, “la médecine socialisée n’est pas un système parfait et les temps d’attente extrêmement longs peuvent en décourager plus d’un. On n’ira plus à l’étranger à cause du coût des traitements mais parce que les temps d’attente sont moins longs“.

Source : Alexis Buisson.