Le Dr MAURE et la chirurgie esthétique hors la loi

Depuis le lundi 2 juin, l’ex-docteur comparaît devant le tribunal correctionnel de Marseille.

Les faits qui lui sont reprochés sont graves puisqu’il est accusé d’avoir opérer des patientes au sein d’une clinique désaffectée. En effet, la clinique Saint Bernard à Marseille a été fermée en 1995, cela n’a pas empêché le Dr MAURE de continuer à opérer avec des stérilisateurs “obsolètes”, des instruments “rouillés”, une installation gaz (oxygène) “non conforme” … la liste des anomalies est longue…

L’établissement n’était pas adapté et c’est le moins que l’on puisse dire, mais le docteur lui avait il le droit d’opérer ?

La réponse est … oui !!

Il faut savoir qu’à l’époque où le Dr MAURE opérait ces “victimes”, il n’y avait pas de réglementation claire et précise quant à l’exercice de la “chirurgie esthétique”. Ce n’est plus le cas depuis janvier 2006 puisque seuls les chirurgiens ayant obtenu le “Diplôme d’Etudes Spécialisées en Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique” ont le droit d’exercer des actes de chirurgie esthétique sur toutes les parties du corps. Le nombre de chirurgiens “autorisés” est de ce fait passé de 4000 à 700.

Alors un conseil à toutes celles et ceux qui envisagent une intervention de chirurgie esthétique aussi basique et pratiquée soit elle en France ou ailleurs, renseignez vous bien sur la clinique et sur le diplôme du chirurgien. Comment ? En consultant l‘annuaire des membres de la Société Française de Chirurgie Plastique, Reconstructrice et Esthétique (SFCPRE).

PS : Je dédis cet article à toutes celles et ceux qui seraient tentés d’émettre un doute sur la qualité des cliniques et des chirurgiens Tunisiens partenaires d’Ypsée qui ont “eux” obtenu ce fameux diplôme de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique en France.