Environ 102 mille étrangers se sont fait soigner en Tunisie et 150 mille ont profité des opportunités de thalassothérapie en 2007.

Selon des chiffres publiés lundi par le ministère tunisien de la santé publique, la Tunisie est de ce fait la deuxième destination mondiale en thalassothérapie alors que plusieurs atouts ne sont pas encore exploités dans le tourisme dit de santé.

Les pouvoirs publics tunisiens estiment que « le système sanitaire et médical tunisien offre des prestations de qualité notamment dans les domaines de la chirurgie esthétique, l’orthopédie, la chirurgie ophtalmologique, la chirurgie cardiovasculaire et la médecine dentaire ».

Le volume des exportations sanitaires a atteint 320 millions de dinars en 2007, soit environ 31 millions de dollars américains.

Mais le gouvernement tunisien n’est apparemment pas satisfait de ces réalisations à cause des grandes possibilités et les atouts majeurs qu’offre les ressources humaines et naturelles tunisiennes dans ce domaine.

Le président Ben Ali s’est récemment intervenu pour appeler à dynamiser et développer le secteur et faire de la Tunisie « un pôle d’exportation à l’horizon 2016 ».

Lors d’un Conseil des ministres consacré au sujet, il arrêté une série de mesures visant à «favoriser l’intégration des services de santé dans le climat de l’exportation et de l’investissement».

Un plan d’action a été débattu, comprenant notamment «la mobilisation constante pour la promotion du système hospitalier et sanitaire, l’amélioration des prestations, la mise à niveau de la qualité et du rendement ».

Il a également été convenu de créer une structure spécialisée dans la promotion des exportations et des investissements, dans le secteur de la santé, afin d’aider les promoteurs à concrétiser leurs projets.

Ladite structure devra aussi encourager davantage l’investissement dans le secteur sanitaire privé, notamment la réalisation d’hôpitaux privés de même que la création d’un organisme public indépendant ayant les prérogatives d’évaluation de la conformité et de l’octroi des attestations d’accréditation et de certification.

Le plan prévoit en outre la création d’une Cité Médicale et de zones sanitaires qui accueillent des projets sanitaires et médicaux destinés à l’exportation.

Selon les autorités tunisiennes, l’ambition est également entre autres d’accueillir des malades de l’étranger dans les espaces médicaux, d’encourager le séjour des personnes âgées de l’étranger pour de longues périodes en Tunisie, dans des centres touristiques ou des résidences réalisées à cet effet, et de développer des nouvelles industries pharmaceutiques.