Où faire sa micro-greffe de cheveux

Parce que la chute des cheveux est souvent vécue comme une expérience traumatisante par les hommes, l’intervention dite de “la micro greffe de cheveux” est désormais la plus pratiquée chez les hommes. Cependant les couts pratiqués en Europe constituent encore un frein majeur. Quelques destinations ont su développé ces dernières années une véritable spécialité autours de la lutte contre la calvitie.

Il s’agit de la Thaïlande, de l’ile Maurice et de la Tunisie, cette dernière ayant incontestablement l’atout de la proximité et donc de la compétitivité des tarifs avec des billets d’avion à 250 € au départ des principales villes d’Europe…

La chirurgie esthétique pour les hommes dopée par “le Syndrome Sarkosy”

Tous les médias parlent de ce phénomène de société que représente la chirurgie esthétique pour les hommes.

Longtemps considérée comme tabou, voilà que notre cher président de la république Nicolas Sarkozy décomplexe les hommes qui avouent désormais y avoir de plus en plus recours.

Ce qui caractérise ce que l’on appelle le “Syndrome Sarkozy” n’est rien d’autre que la crise de la cinquantaine que traversent généralement tous les hommes. Paraitre plus jeune, soit pour rester dans le coup sur le plan professionnel, soit en raison d’un second mariage avec une femme moins agée, est la principale motivation évoquée.

Ainsi, de janvier à mars, les consultations pour des injections de Botox ont bondi de 57% chez les hommes, par rapport à la période équivalente de l’an dernier. Mais de nombreuses autres interventions ont le vent en poupe, il s’agit principalement des micro-greffes de cheveux pour lutter contre la calvitie ou encore de la liposuccion pour faire disparaitre ces horribles “poignées d’amour”…

Tourisme médical en europe, la santé perd ses frontières

Le tourisme médical est une nouvelle tendance mondiale loin d’avoir épargné l’Europe. Depuis 2002, plusieurs spécialités connaissent ainsi un franc succès comme la chirurgie dentaire, oculaire, esthétique… D’après les sondages d’Europ Assistance (Baromètre cercle santé), les européens seraient de plus en plus enclins à recourir à ces soins de santé à l’étranger.

Prenons l’exemple d’Andras Hahn, 46 ans, habitant Hanovre, qui aurait besoin de nouvelles dents. L’opération lui coûterait 2120 euros, dont 914,14 lui seront remboursés, et le reste serait à sa charge. S’il se rendait à Budapest, cela ne lui coûterait que le tiers. Le calcul est donc rapide pour beaucoup d’allemands qui n’hésitent plus à se déplacer chez nos voisins de l’Est .

Seul hic, le remboursement de ces soins a été longtemps problématique. Jusqu’à présent, le ressortissant européen devait être muni d’une autorisation préalable de son système d’assurance maladie, appelée formulaire E112, il pouvait alors se faire soigner dans n’importe quel pays de l’Union, mais à certaines conditions. En effet, l’article 22 précisait que l’autorisation pouvait être refusée lorsque le traitement était possible dans le pays d’origine.
En mai 2006, le système a été contraint d’évoluer avec l’affaire Yvonne Watts. Cette britannique s’était faite poser une prothèse de la hanche en France sans l’autorisation de sa caisse d’assurance maladie. Cette dernière refusant tout remboursement, Mrs Watts s’est donc adressée à la Cour Européenne de Justice qui a interprété les textes en sa faveur. Désormais, chaque Européen a la possibilité de se faire soigner aux mêmes conditions de remboursement dans n’importe lequel des 27 pays membres. Il suffit simplement au préalable de faire sa carte “Vitale” Européenne.

Chaque système réagit différemment à cette mobilité des patients. Les Français bénéficient d’un système de santé bien couvert et plutôt rapide ; ils sont donc surtout attirés vers les offres de chirurgie dentaire, très mal remboursée, et également par la chirurgie esthétique qui n’est pas du tout prise en charge. Beaucoup d’Anglais sont quant à eux poussés par la nécessité de s’expatrier pour pouvoir avoir accès à des opérations hors de prix. D’après Marianne, la Sécurité sociale anglaise dite NHS (National Health Service) aurait même poussé son pragmatisme jusqu’à passer un accord avec des hôpitaux privés indiens appelés Apollo…

Faire une augmentation mammaire en Tunisie : combien ça coute ?

Tous les reportages à la télévision et tous les magazines féminins en parlent : Faire son augmentation mammaire en Tunisie c’est moins cher !!, mais concrètement combien peut on espérer économiser ?

Pour répondre à cette question, faisons une petite simulation :

Mme Y souhaite une augmentation mammaire avec pose d’implants en gel de silicone cohésif.

En France : Mme Y a consulté plusieurs chirurgiens esthétiques, son opération lui couterait 4000 €

En Tunisie : Mme Y a obtenu des chirurgiens partenaires d’Ypsée plusieurs devis, son opération lui couterait 2000 € (Implants de marque Françaises, 2 nuits en clinique et tout frais médicaux compris)

Concrètement, combien va lui couter au final son augmentation mammaire en Tunisie ?
Opération : 2000 €
Déplacement + Séjour : Vol (230 € Aller/Retour) + 5 nuits en hôtel 4 étoiles (300 €) = 530 €
Total : 2530 €
Economies réalisées : 4000 € – 2530 € = 1470 € d’économie.

On comprend mieux pourquoi la Tunisie attire chaque année de plus en plus d’Européennes…

Interview des 2 fondateurs d’Ypsée à Euromed Marseille

Le mardi 8 avril 2008, les deux fondateurs d’Ypsée, Sébastien VALVERDE et Moezz SEDKAOUI étaient présents à Euromed Marseille école de management à l’occasion de la remise des prix du concours “Phare à la création”.

Celui ci est organisé chaque année par l’association “Accede Provence” et récompense les projets de création d’entreprise les plus innovants. C’est en tant qu’anciens élèves d’Euromed et en tant qu’ancien lauréats du concours 2006 que leurs témoignages ont été recueillis par l’équipe d’initiatives.tv.

En effet, en 2006, dans le but de confronter ce qui n’était alors que “le projet Ypsée” à un jury de professionnels (experts comptables, avocats, assureurs, banque, professeurs d’Euromed), les deux créateurs ont participé au concours alors sous le patronage de Mr Renaud Dutreil ministre des PME à l’époque.

« Ypsée » a ainsi terminé dans les 10 meilleurs projets de création parmi plus de 300 dossiers en compétition.
Mr Bernard Paranque, professeur et président du club des entrepreneurs d’Euromed Marseille, séduit par le projet s’est proposé de suivre Ypsée en tant que tuteur de gestion, il l’est encore à ce jour.

Ypsée fête son premier anniversaire

Ypsée, première société Française spécialisé dans les interventions esthétiques à l’étranger fête en ce mois de mars 2008 sa première année d’existence.

En effet, c’est en mars 2007, avec le dépôt des très officiels statuts au greffe du tribunal de commerce de Marseille qu’Ypsée a vu le jour. Ce moment important dans la vie d’une société, notamment pour les deux fondateurs et associés que nous sommes, est venu couronner 18 mois de travail préparatoire très intensif.

Il nous apparait désormais comme une évidence que l’expérience acquise dans la création de cette entreprise pourrait servir à tous ceux qui ont le courage et la volonté de créer leur entreprise. Cependant il est impossible de raconter ici en une seule fois toute cette formidable aventure entrepreneuriale, c’est pourquoi régulièrement nous reviendrons sur toutes les étapes, les difficultés mais aussi les réussites que nous avons traversées depuis ce jour où l’idée de créer Ypsée a germé jusqu’à aujourd’hui.

La Carte Européenne d’Assurance Maladie

La mobilité des patients en Europe avance doucement mais surement…

Créée à l’initiative du conseil Européen, la carte Européenne d’assurance maladie est désormais à disposition de tous les citoyens européens qui en font la demande. Pour l’obtenir, c’est très simple il suffit de contacter par téléphone son organisme d’assurance maladie. Une fois la demande enregistrée, il faut compter une semaine à quinze jours pour la recevoir par courrier. La carte est valable un an. Attention, ce n’est pas une carte vitale, elle n’est d’aucune utilité en France.

A quoi sert elle ?

La carte remplace l’ancien formulaire E111 ainsi que d’autres formulaires spécifiques aux déplacements temporaires dans les pays de l’union. Elle facilite la prise en charge des soins en Europe pour les séjours temporaires (stages, vacances, missions professionnelles…).

Dans le cas du tourisme dentaire où les patients de France, d’Angleterre, d’Autriche… se déplacent en Hongrie pour recevoir leurs soins dentaires, la carte Européenne d’assurance maladie s’avère fort utile. En effet, elle permet une fois les soins terminés d’obtenir une prise en charge dans son pays d’origine sur la base des factures, feuilles de soins et autres prescriptions faites en Hongrie.

Carte Européenne d’Assurance Maladie

Les fondateurs d’Ypsée invités du journal de LCM

Les deux fondateurs et dirigeants d’Ypsée, Moezz SEDKAOUI et Sébastien VALVERDE seront les invités du journal de La Chaine Marseille (LCM) ce mercredi 2 avril à 18h30. Le journal est présenté par la journaliste Sacha BOLLET, l’interview sera l’occasion de présenter l’activité d’Ypsée, première société en France spécialisée dans les opérations de chirurgie esthétique en Tunisie et les implants dentaires en Hongrie.

Pour tous ceux qui ont la possibilité de capter LCM par la TNT, l’ADSL, rendez vous aujourd’hui à 18h30, pour les autres la vidéo sera disponible ces prochains jours sur le site www.ypsee.com de même que sur ce blog.